Conflit israélo-palestinien: tensions vives au centre-ville de Montréal

MONTRÉAL — La flambée de violence en Israël et à Gaza a continué de se répercuter jusqu’au centre-ville de Montréal, dimanche, où les tensions étaient vives entre des manifestants souhaitant exprimer leur soutien aux deux camps.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a remis 76 constats d’infraction et a procédé à 15 arrestations pour divers actes criminels tels qu’agression armée, méfaits et entraves.

Un citoyen et trois policiers ont subi des blessures légères, indique le SPVM dans un bilan provisoire dimanche en fin de soirée.

Un rassemblement pro-Israël a débuté vers 12h40 au Square Dorchester, au centre-ville de Montréal, et un peu plus loin à la Place du Canada, avait lieu une manifestation pro-Palestine.

«À un certain moment, la tension a monté entre les groupes de manifestants et des affrontements ont eu lieu entre eux. Des projectiles ont été lancés vers les policiers qui ont commencé à disperser la foule», mentionne la porte-parole au SPVM, l’agente Véronique Comtois.

Les rassemblements ont été déclarés illégaux par le SPVM. 

Des images captées dans les rues de la métropole en après-midi montraient des affrontements entre les protestataires et des interventions policières musclées. Les forces anti-émeute ont été déployées.

À la suite de la manifestation initiale, des personnes n’ayant aucun lien avec l’événement seraient arrivées et auraient cherché la confrontation, mentionne le SPVM. 

La police a tenté à plusieurs reprises de disperser la foule, mais chaque fois des groupes se formaient de nouveau, et ce, jusqu’à 21h. Les gens faisant partie de ces groupes se montraient «hostiles et agressifs envers les policiers», a décrit l’agente Comtois.

Des actes de vandalisme ont été commis et des projectiles ont été lancés sur les policiers.

Les hostilités à un sommet

Entre-temps, à Gaza, des frappes israéliennes ont détruit trois immeubles et fait au moins 42 morts, ce qui en fait l’attaque la plus meurtrière de cette escalade militaire, selon les secours palestiniens.

Malgré les efforts de médiation de la communauté internationale, le premier ministre israélien a laissé savoir que ce conflit est loin de se résorber.

Les combats se sont intensifiés au cours de la dernière semaine, atteignant un sommet depuis 2014.

Dans un discours télévisé, Benyamin Nétanyahou a dit vouloir faire payer le Hamas, qui continue de tirer des roquettes dans des zones civiles.

– Avec des informations de l’Associated Press