Congrès virtuel: La CAQ met résolument le cap vers la séduction des régions

QUÉBEC — Moins de deux ans avant la prochaine échéance électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) met résolument le cap vers la séduction des électeurs habitant en région, cherchant déjà à consolider son emprise sur tout le territoire.

Durant le congrès spécial virtuel du parti, samedi, le mot «régions» était sur toutes les lèvres. Tant le premier ministre François Legault que plusieurs de ses ministres ont insisté pour affirmer que des efforts soutenus seraient faits de la part du gouvernement au cours des deux prochaines années pour améliorer le sort des régions.

En 2018, la CAQ a pris le pouvoir grâce à sa conquête de pratiquement toutes les régions, sauf quelques poches de résistance, notamment le Bas-St-Laurent, la Gaspésie et la Côte-Nord. Avec seulement deux députés, elle est pratiquement absente de l’île de Montréal.

Le gouvernement semble donc déterminé à répéter l’exploit en 2022, en multipliant les annonces de développement régional d’ici là.

«L’avenir des régions n’a jamais été aussi prometteur», a prédit le chef de la CAQ.

Samedi, les engagements électoraux du parti de François Legault de 2018 ont été réaffirmés, avec promesse de respecter l’échéance de 2022: Internet haute vitesse sur tout le territoire, développement de l’agriculture en serre à longueur d’année, meilleur soutien aux petites et moyennes entreprises (PME), transfert des fonctionnaires en région, révision du régime d’aménagement forestier, investissement dans le transport aérien, le transport collectif et le maintien des actifs de voirie locale, etc.

Le développement des régions «c’est dans l’ADN de la CAQ», a dit son chef, disant miser sur la promotion du développement économique du Québec dans les mois qui viennent. Le ministre des Finances, Eric Girard, présentera sa mise à jour jeudi et devrait faire des annonces à cette occasion visant à relancer l’économie, durement frappée par la pandémie.

Cette relance se fera sur de nouvelles bases et «dans une nouvelle direction», notamment en tenant compte de nouvelles pratiques: le télétravail, les achats en ligne et l’intelligence artificielle.

Le chantier qui vise à profiter «à toutes les régions du Québec» sera celui intitulé «Fabriqué au Québec», destiné à accroître la production locale et l’achat local, pour rendre «le Québec plus autonome» en divers domaines. 

Au sujet de la pandémie, le premier ministre a réaffirmé que la lutte menée au virus était loin d’être terminée. «Il y a encore des mois difficiles devant nous», a-t-il indiqué à ses militants, qui pouvaient suivre à distance son discours préenregistré.

«Dès qu’on pense qu’on est bon, le virus revient deux fois plus fort», a-t-il constaté.

Dans un message vidéo, le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’est dit déterminé à «vaincre ce foutu virus». Il a rappelé la promesse de la CAQ — qui n’est toujours pas tenue — d’assurer les Québécois qui se présentent à l’urgence de voir un médecin en moins de 90 minutes. Actuellement, il faut attendre en moyenne plus de deux heures.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a énuméré les réalisations du gouvernement en éducation, dont le déploiement des maternelles 4 ans.

Au printemps, en raison de la pandémie, la CAQ avait dû reporter la tenue de son congrès, transformé samedi en un congrès spécial virtuel condensé en 90 minutes.

Signe qu’on commence à préparer déjà la prochaine campagne électorale, la CAQ va multiplier les moyens et les occasions de rejoindre ses militants en 2021.

Les mesures sanitaires ne l’arrêteront pas: on procédera par textos, contacts via Messenger, conférences numériques, cocktails virtuels, webinaires, bref «de tout pour tous les goûts», a résumé la directrice générale du parti, Brigitte Legault.

Le congrès a aussi donné lieu à l’élection du nouvel exécutif national du parti. Le résultat du vote devrait être connu dimanche.

Régions

Dans un studio de Trois-Rivières, le parti avait aussi organisé une table ronde à laquelle ont participé quatre ministres, principalement autour du thème du soutien aux régions.

Les ministres Sonia LeBel (Conseil du trésor), Pierre Dufour (Forêts), Marie-Ève Proulx (Développement économique régional) et François Bonnardel (Transports) répondaient à des questions formulées par les membres et sélectionnées à l’avance par le parti.

À propos des négociations en cours avec les infirmières pour le renouvellement de leurs conditions de travail, la ministre LeBel a confirmé que le dossier progressait bien. «Il y a eu des progrès significatifs cette semaine», a-t-elle dit, s’engageant à nouveau à «régler la surcharge de travail», éternelle pomme de discorde entre l’État et les infirmières. Le gouvernement cherche à conclure une entente rapidement dans ce dossier.

Le gouvernement de la CAQ est par ailleurs loin d’avoir atteint en deux ans son objectif de décentraliser la fonction publique, en transférant 5000 postes en région. Il est bien loin du compte avec, au total, seulement 300 postes transférés à ce jour, a confirmé Mme LeBel.

La ministre Proulx a insisté sur la promesse de son parti en 2018 de brancher tout le Québec à Internet haute vitesse. Ce n’est toujours pas le cas, mais elle s’est engagée une fois de plus à brancher les 240 000 foyers promis d’ici 2022. «On va y arriver», selon elle.

Laisser un commentaire