Conseil des ministres: des élus déçus de l’Abitibi reçus par François Legault

QUÉBEC — Les membres de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue (CPAT) sont à Québec ce mercredi afin de rencontrer le premier ministre François Legault pour discuter de l’absence d’un ministre issu de leur région au Conseil des ministres.

La rencontre qui avait été réclamée depuis la formation du Conseil des ministres doit avoir lieu à 10h00. Le ministre Mathieu Lacombe ainsi que le député d’Abitibi-Est, Pierre Dufour, doivent y participer.

Après les élections générales du mois dernier, le premier ministre Legault a formé un cabinet composé de 30 députés de la Coalition avenir Québec, mais il a ignoré les trois élus caquistes de l’Abitibi-Témiscamingue. De plus, Mathieu Lacombe, qui a la responsabilité de la région au Conseil des ministres, est un député de l’Outaouais.

Le président de la CPAT et préfet de la MRC d’Abitibi, Sébastien D’Astous, souhaite que la rencontre soit productive et qu’elle permette à la région d’avoir une voix auprès des principales instances décisionnelles. 

Il déplore qu’au cours des dernières années, la région ait perdu des directions régionales et du pouvoir politique alors qu’elle représente, dit-il, environ 10 % du Produit intérieur brut (PIB) du Québec, notamment grâce à la richesse de ses ressources forestières et minières.

La CPAT signale que le Conseil des ministres ne comprend pas non plus de représentants du Nord-du-Québec et de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, des régions dites éloignées, et qu’il n’y en a que quatre pour les régions de la Côte-Nord, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de l’Outaouais et du Bas-Saint-Laurent. La CPAT craint donc que le pouvoir relatif des régions au sein du Conseil des ministres soit en péril.

La Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue regroupe la Ville de Rouyn-Noranda et les quatre territoires de Municipalités régionales de comté (MRC) de la région qui compte 147 700 habitants et 64 municipalités. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.