Conseil municipal de Toronto: motion pour condamner la loi 21 du Québec

TORONTO — Une motion visant à condamner la Loi 21 du Québec sur la laïcité de l’État a été déposée mercredi soir au Conseil municipal de Toronto.

La motion soumise par la conseillère Kristyn Wong-Tam propose aussi d’appuyer une campagne nationale au Canada qui mettrait en lumière les impacts négatifs de la Loi 21 sur la cohésion sociale et l’inclusion au pays.

Le gouvernement du Canada est encouragé par le texte de la motion à condamner sans équivoque la Loi 21 et à la combattre. La loi est perçue comme un pas significatif vers la marginalisation des minorités religieuses.

Les auteurs de la motion rappellent que Toronto est la ville la plus populeuse du Canada et l’une des plus multiethniques au monde.

Le texte ajoute que la Loi 21 est une stratégie pour limiter la participation à la vie publique de personnes qui choisissent de porter des signes religieux. Elle affecte disproportionnellement, ajoute-t-on, les musulmans, les sikhs et les juifs.

Une motion semblable a été déposée le mois dernier au Conseil municipal de Calgary.

Le gouvernement du Québec défend sa loi adoptée en juin dernier en affirmant qu’elle assure un État laïc et qu’elle est appuyée par une majorité significative et représentative de Québécois.

Le Conseil national des musulmans canadiens, l’Association canadienne des libertés civiles et Mme Nourel Hak se sont tournés vers les tribunaux pour faire invalider la loi. Ils en appellent d’un jugement rendu récemment par la Cour supérieure du Québec qui a rejeté leur demande d’injonction visant à suspendre immédiatement certaines dispositions de la loi.