Conservateurs et néo-démocrates réclament une aide pandémique plus sectorielle

OTTAWA — Des partis d’opposition à Ottawa pressent le gouvernement libéral à cibler l’aide fédérale vers certains secteurs les plus durement touchés par la pandémie.

Les conservateurs ont déposé mardi en Chambre une motion demandant au gouvernement libéral de mettre en place des mesures de soutien pour les secteurs de l’hôtellerie, du tourisme et des organismes de bienfaisance, particulièrement touchés par les mesures sanitaires. «Nous ne pouvons pas permettre à la pandémie de tuer définitivement ces emplois», a déclaré le chef conservateur, Erin O’Toole.

Les conservateurs veulent également qu’en échange de prêts remboursables consentis par Ottawa, les compagnies aériennes s’engagent à rembourser les voyageurs, à restreindre la rémunération de leurs dirigeants et à restaurer les dessertes régionales au pays.

Le premier ministre Justin Trudeau a répondu mardi en soulignant que les compagnies aériennes et d’autres secteurs avaient reçu des milliards de dollars sous forme de prêts et de subventions aux salaires. Il a par ailleurs accusé les conservateurs de retarder délibérément les efforts visant à élargir et à étendre ces programmes.

Les conservateurs sont accusés d’avoir bloqué le programme législatif des libéraux en utilisant des astuces parlementaires — comme forcer de longs débats sur des rapports mineurs, ou discourir pendant des heures pour empêcher les projets de loi d’être soumis au vote des députés en Chambre.

«Nous espérons certainement que les partis en Chambre, en particulier le Parti conservateur, cesseront de jouer à des petits jeux, de bloquer et d’entraver l’adoption de projets de loi importants, allant de l’aide médicale à mourir aux mesures de soutien aux familles», a déclaré M. Trudeau.

Mais M. O’Toole soutient que son parti ne fait que son travail en exerçant des pressions sur le pouvoir exécutif afin que les programmes existants répondent aux besoins existants — ce qui ne serait pas le cas actuellement, selon lui. «Il existe aujourd’hui des milliers d’entreprises familiales qui ne tiennent qu’à un fil», a-t-il déclaré. «Elles ont besoin d’accéder aux programmes maintenant.»

Les néo-démocrates ont également soumis mardi leurs idées pour aider les petites entreprises. Ils recommandent notamment au gouvernement de réduire les charges sociales des petites entreprises en assumant leurs cotisations à l’assurance-emploi et au Régime de pensions du Canada, afin d’inciter les PME à embaucher. Les néo-démocrates suggèrent aussi de prolonger le programme fédéral de Subvention salariale d’urgence jusqu’à ce que la pandémie soit terminée.

«Le gouvernement semble se concentrer beaucoup sur les grandes entreprises, mais on a ignoré la lutte des petites entreprises», a déclaré le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh.

Laisser un commentaire

Que le PL C-7 soit adopté au plus tôt.
Une fois adopté, immédiatement après, que le gouvernement demande l’avis de la Cour suprême sur C-7.
Compassion exige.
Clarté juridique une fois pour toutes exige+++

Répondre