Conservation de la nature Canada ajoute plus de 35 hectares de forêt additionnels

Plus de 35 hectares de milieux naturels ont été ajoutés à proximité du parc national Forillon en Gaspésie, a annoncé Conservation de la nature Canada (CNC), mardi, lors d’une conférence de presse virtuelle regroupant les gouvernements fédéral et provincial ainsi que des employés de CNC. 

Rendu possible grâce à l’appui de nombreux partenaires et donateurs, cet ajout vient se greffer au corridor écologique Forillon, un espace vital pour une variété d’espèces sauvages, a souligné CNC.

Des animaux comme le sphynx du Canada ont besoin d’un large territoire pour se déplacer, se disperser et survivre, a cité en exemple la porte-parole du CNC, Camille Bolduc. 

«Avec les changements climatiques, on peut s’attendre à ce que ces déplacements (pour trouver de la nourriture par exemple), soient de plus en plus importants», indique-t-elle.

La progression du secteur immobilier aux abords de la route qui mène au parc national Forillon réduit l’habitat forestier des espèces avoisinantes, explique la porte-parole. 

Ça peut empêcher des animaux de traverser la route, ajoute Mme Bolduc. 

Ces 35 nouveaux hectares favoriseront le déplacement des animaux dans ce secteur naturel.  

À l’heure actuelle cet habitat forestier est traversé de part et d’autre par la route 197. La route «coupe le milieu naturel en deux», ce qui complique la circulation sécuritaire des animaux qui y trouvent refuge comme l’ours, l’orignal ou encore la martre d’Amérique, souligne-t-on. 

Au cours de leur allocution, les différents intervenants, dont la députée fédérale de Gaspésie–Les-Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, ont félicité les propriétaires qui ont volontairement choisi de vendre leur terrain à CNC. 

Ces espaces, maintenant protégés à long terme, s’ajoutent aux autres propriétés conservées, totalisant maintenant 207 hectares de forêt pour faciliter le déplacement des mammifères des environs. 

Dans son intervention, le ministre provincial de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charrette, a insisté sur l’importance de la «coopération des propriétaires fonciers» pour poursuivre la mission de protection d’étendues naturelles. 

«La conservation de la biodiversité repose aussi sur les partenaires», a-t-il dit. 

Depuis plus de dix ans, le CNC s’implique dans des démarches d’acquisition de terres privées pour la protection d’habitat naturel, a indiqué Mme Bolduc. 

L’organisme de bienfaisance, sans but lucratif, est voué à la protection des animaux et de la nature depuis 1962. Il a ainsi pu protéger 14 millions d’hectares d’un bout à l’autre du pays. 

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire