Controverse UNIS: le NPD demande la démission de la ministre Chagger

OTTAWA — Les néo-démocrates appellent à la démission de la ministre de la Diversité, de l’Inclusion et de la Jeunesse, Bardish Chagger, sous prétexte qu’elle a joué un trop grand rôle dans la controverse UNIS («WE Charity», en anglais).

Leur porte-parole en matière d’éthique, Charlie Angus, a soutenu mardi que la ministre Chagger avait fait des pieds et des mains pour favoriser les frères Kielburger dans l’obtention d’un contrat pour la gestion d’un programme de bourses de 912 millions $ pour du bénévolat étudiant.

M. Angus a dit cela après avoir épluché les milliers de pages de documents remis par le gouvernement fédéral au comité permanent des Finances au sujet de l’octroi de ce contrat.

L’élu néo-démocrate a pointé du doigt une rencontre tenue le 17 avril dernier entre Craig Kielburger et la ministre Chagger qui, selon lui, a mis tout le processus sur les rails. L’annonce officielle du programme de bourses a été faite cinq jours plus tard.

«Au beau milieu d’une crise économique sans précédent, quand les Canadiens et les étudiants universitaires se tournaient vers le premier ministre pour répondre à la crise qui affectait les étudiants, les Kielburger avaient un accès privilégié (aux ministres)», a-t-il dit.

«En fait, Mme Chagger a joué un rôle clé dans la promotion (d’UNIS). Elle a piloté la relation entre les Kielburger et les bureaux des Finances et d’Emploi et Développement social Canada», a poursuivi M. Angus, s’appuyant sur les documents rendus publics.

La ministre a toujours répété que c’est la fonction publique qui avait recommandé de faire appel à UNIS pour gérer le programme de bourses pour le bénévolat étudiant.

Quant à cette fameuse rencontre tenue le 17 avril, Mme Chagger ne l’a pas niée, mais a dit qu’il avait été question d’un autre projet que l’organisme souhaitait réaliser. Le projet n’a finalement pas été retenu par le gouvernement Trudeau.

Cette version n’a pas satisfait les partis d’opposition, qui y ont vu du lobbying.

La controverse UNIS a déjà mené à la démission de l’ancien ministre des Finances Bill Morneau.

M. Morneau ne s’était pas récusé des discussions au cabinet malgré ses liens familiaux avec l’organisme. Il a par la suite révélé avoir fait un chèque de 41 000 $ à UNIS pour rembourser des frais de deux voyages humanitaires.

Même si la ministre Chagger n’a pas de liens familiaux avec l’organisme, M. Angus dit qu’il ne voit pas comment elle peut continuer d’exercer ses fonctions.

«Oui, elle devrait démissionner», a-t-il fini par répondre, devant l’insistance d’une journaliste.

M. Angus a cependant esquivé les questions pour savoir si le NPD appuiera le gouvernement libéral minoritaire quand il présentera le discours du Trône, le 23 septembre. Il dit que son parti espère travailler avec les libéraux sur des buts communs.

«Nous demandons une vision progressiste qui va aider les Canadiens à passer à travers cette crise économique et médicale sans précédent. (…) Nous avons tendu la main pour travailler avec eux et nous verrons ce qui se passera quand nous reviendrons (plus tard) en septembre», a-t-il dit.

Laisser un commentaire