Coup de pouce pour développer les compétences en lecture, calcul, rédaction

MONTRÉAL — Québec donne un coup de pouce aux «entreprises d’entraînement», qui aident les personnes qui veulent développer leurs compétences en lecture, calcul, rédaction, pour intégrer le marché du travail ou y accroître leurs habiletés.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé mardi qu’il accordait la somme de 742 000 $ au Réseau canadien des entreprises d’entraînement.

Cela permettra de financer un projet pilote dans six régions: Laurentides, Québec, Outaouais, Saguenay-Lac Saint-Jean, Laval et Mauricie. Quelque 1000 personnes devraient pouvoir en profiter.

Les participants peuvent être des chercheurs d’emploi qui veulent accroître leur employabilité ou bien des gens déjà au travail, mais qui veulent développer leurs compétences en calcul, rédaction, communication orale, lecture de schémas ou graphiques, par exemple.

Les participants profiteront d’une mise à niveau de 40 heures, étalées sur cinq semaines, à raison de deux à quatre heures à chaque séance.

«Je m’attends à un succès phénoménal», a lancé le ministre Boulet, en annonçant l’octroi de fonds pour soutenir le projet pilote.

Ainsi, il a souligné que chez les gens de 15 à 65 ans, la proportion de ceux qui ont «un enjeu» lié à la littératie était de 53,2 % en 2012 et de 46,7 % en 2020.

«Le bilan de la littératie s’améliore, mais pas de façon significative», a déploré le ministre du Travail et de l’Emploi.

«On a un défi de société pour améliorer les compétences de base. C’est ce qui nous permet de mieux se développer dans un environnement de travail ou un retour aux études», a-t-il ajouté.

Ce projet pilote fait partie d’un ensemble de mesures qui ont été lancées pour faciliter la relance économique, après le confinement et les fermetures d’entreprises engendrées par la COVID-19.

Laisser un commentaire