Course à la mairie de Sherbrooke: Évelyne Beaudin rêve d’un gouvernement de proximité

MONTRÉAL — Évelyne Beaudin, qui souhaite devenir mairesse de la métropole de l’Estrie lors des élections municipales prévues en novembre à la grandeur du Québec, met l’accent sur l’importance de la transparence, autant dans la gestion des finances que dans les processus décisionnels. 

Malgré son jeune âge, Évelyne Beaudin, 32 ans, trempe dans la politique depuis une décennie. 

D’abord stagiaire à l’Assemblée nationale, elle côtoie éventuellement Jean-Martin Aussant, politicien avec qui elle partage une même vision: celle d’allier l’économie au service de la politique. Elle rejoint ensuite les rangs de la toute nouvelle formation qu’il avait fondée à l’époque: Option nationale.

À ce jour, Mme Beaudin croit qu’il est possible, voire nécessaire, de gérer les finances publiques avec transparence, toujours dans l’intérêt des citoyens, «avec eux et pour eux». 

En témoigne son point de vue tranché sur une installation lumineuse conçue par la firme montréalaise Moment Factory, et devant prendre place à Sherbrooke pour la période des Fêtes 2021.

Elle affirme que la somme de 615 000 $ allouée aux projections aurait pu servir à faire travailler des artistes sherbrookois qui ont autant souffert des conséquences de la pandémie que les autres acteurs culturels de la province. 

«Là, on va dépenser beaucoup d’argent pour flasher pendant 4 semaines», dit-elle dans un extrait vidéo du conseil municipal publié sur sa page Facebook. 

Gestion des finances

La saine gestion des finances publiques lui tient à cœur. Celle qui détient une maîtrise en économie s’est penchée sur l’impact que peuvent avoir les gouvernements sur la qualité de vie de leur population dans le cadre de son mémoire. 

Il y a moyen, selon la jeune femme, de créer de la richesse et de réinjecter les profits dans des projets porteurs pour l’économie de la ville. Mme Beaudin croit en la valeur de l’économie circulaire. Elle ajoute qu’une gestion responsable ne veut pas nécessairement dire qu’il n’y aura pas de retour sur son investissement. 

Au contraire, l’économiste croit qu’une gestion efficace peut rimer avec profit tout en étant dans l’intérêt des citoyens. Mais pour s’assurer de leur intérêt, il faut d’abord les consulter, insiste-t-elle. 

Mme Beaudin affirme qu’un des facteurs qui explique la grogne des citoyens observée sur les réseaux sociaux est le fait qu’ils se sentent écartés des grandes décisions prises par le conseil municipal. 

La candidate à la mairie a d’ailleurs essuyé de nombreuses critiques parce qu’elle s’est rangée maintes fois du côté de ses citoyens.

Une absurdité pour celle qui croit qu’un des rôles du gouvernement est de défendre l’intérêt des gens. Il faut selon elle, les écouter, les inclure dans les démarches, télédiffuser les séances au conseil municipal et inviter de nouvelles voix à la table. 

Comme Fernanda Luz, une gestionnaire en CHSLD qu’Évelyne Beaudin a recrutée pour espérer remporter le siège qu’elle laissera vacant dans le district du Carrefour. L’infirmière de formation a quitté son Brésil natal pour installer ses pénates à Sherbrooke.

La diversité au sens large, autant pour le genre que dans les champs d’expertise ou l’arrière-plan culturel, compte beaucoup pour la politicienne. 

«Ça permet d’élargir les horizons et de créer des occasions de croissance pour les organisations. Ça permet aussi de couvrir tous les angles et de tenir compte de tous les points de vue. Lorsqu’une équipe comprend une diversité tant à ce qui a trait à l’âge, la culture et le genre, elle tend à innover», croit Mme Beaudin. 

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.