Coût de la vie: les conservateurs et les néo-démocrates talonnent le gouvernement

OTTAWA — Les conservateurs et les néo-démocrates à Ottawa ont exhorté mardi le gouvernement à en faire davantage pour apaiser la crise du coût de la vie au Canada, bien que les deux partis divergent d’opinion sur ce qu’ils attendent des libéraux.

La cheffe conservatrice par intérim, Candice Bergen, a accusé Justin Trudeau d’être «vindicatif» dans son opposition farouche aux propositions de son parti sur la lutte à l’inflation. Elle a soutenu qu’en essayant de punir politiquement son parti, le premier ministre punit en fait les Canadiens.

Mme Bergen a fait référence à la proposition des conservateurs de cet hiver d’offrir un allégement fiscal en levant la TPS sur le carburant et de suspendre la taxe sur le carbone en avril.

«Les deux fois, c’était clair que [M. Trudeau] nous disait non à cause de raison politique, parce que c’est nous qui le lui avons demandé, parce que c’était notre idée», a-t-elle affirmé. 

Le Parti conservateur a déposé en Chambre ce que Mme Bergen appelle une «motion omnibus», qui demande au gouvernement Trudeau de suspendre temporairement la taxe fédérale sur l’essence et le diesel, ainsi que la tarification du carbone, et de supprimer toutes les restrictions fédérales liées à la COVID-19.

Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, affirme quant à lui que des mesures plus énergiques doivent être prises contre les entreprises qui profitent de la crise. Il croit que les bénéfices excédentaires de ces sociétés doivent être redistribués aux Canadiens dans le besoin.

Lorsque le coût de la vie augmente, cela affecte les travailleurs et les familles, tandis que cela profite à ceux qui sont au sommet et qui font plus de profits, a soutenu M. Singh.

Son souhait est de donner directement de l’argent, entre 500 $ et 1000 $ par ménage, à la plupart des familles ordinaires qui travaillent. «Cela ira directement aux familles dans le besoin, aux travailleurs, aux familles ordinaires. Ils ont besoin d’aide maintenant», a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Innovation, François-Philippe Champagne, a déclaré que l’inflation frappait partout dans le monde, en grande partie à cause de la guerre en Ukraine, qui fait augmenter le coût des carburants et des aliments. Il a indiqué que son gouvernement prenait déjà des mesures, notamment en rendant les places en garderie plus abordables pour les familles canadiennes.

Le mois dernier, Justin Trudeau a souligné que le remboursement de la TPS et l’Allocation canadienne pour enfants sont déjà indexés pour augmenter chaque année en fonction du taux d’inflation annuel.

Coût à la pompe

Le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, a indiqué que 70 % des hausses de prix à la pompe sont liées à ce qui se passe à l’échelle internationale, en particulier avec le pétrole brut.

Un quart de l’augmentation provient des taxes, en particulier des taxes provinciales, a soulevé le ministre Guilbeault, tandis que la tarification sur la pollution représente 5% de l’augmentation des prix du carburant.

M. Guilbeault a également fait valoir que la plupart des Canadiens récupèrent plus d’argent dans leurs poches grâce aux remises que ce que la tarification du carbone leur coûte.

Mme Bergen a été interrogée sur les solutions proposées par le gouvernement libéral aux problèmes d’abordabilité, y compris le plan national pour la garde d’enfants et la prestation pour enfants, mais elle s’est dite insatisfaite des propositions. 

«Dans certaines provinces, les gens paient plus de 2 $ le litre d’essence. Les gens n’ont pas les moyens de faire l’épicerie, ils n’ont pas les moyens de payer un loyer, et encore moins un prêt hypothécaire pour essayer d’acheter une maison. Ce n’est pas assez parce que ça ne fonctionne pas», a-t-elle ajouté.

«La meilleure façon d’aider les Canadiens est de réduire les impôts, de ne pas leur promettre qu’un chèque pourrait arriver par la poste, et vous devriez vous contenter de 100 $ de plus tous les quatre mois. Ça ne fonctionne pas», a réitéré Candice Bergen. 

M. Singh croit qu’il faut agir maintenant. «Les gens ne peuvent pas se permettre d’attendre. Dites cela à une famille qui a faim en ce moment parce qu’elle n’a pas les moyens de faire l’épicerie. Elle ne peut pas se permettre d’attendre», a-t-il dit. 

Environ 12 millions de personnes reçoivent le remboursement de la TPS et 6,4 millions d’enfants canadiens sont admissibles à la prestation pour enfants.

Le leader du gouvernement en Chambre, Mark Holland, a déclaré que ce sont les conservateurs qui ont fait de l’obstruction. Il accuse l’opposition officielle de ne vouloir que paralyser les travaux aux Communes et de se comporter comme si elle détenait la majorité en Chambre.

Quand les libéraux travaillent avec le Bloc québécois et le NPD pour proposer des projets de loi, il y a un «donnant-donnant», contrairement aux conservateurs qui n’offrent rien, a déclaré M. Holland.

«Je suis ici dans un gouvernement minoritaire, je suis prêt à travailler avec n’importe qui», a-t-il dit, ajoutant que les libéraux ont pu travailler avec les conservateurs dans le passé, notamment sur le projet de loi visant à interdire les thérapies de conversion.

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.