COVID-19: à quel moment peut-on parler d’une éclosion?

Lorsqu’un bureau de santé publique du sud-ouest de l’Ontario a déclaré une éclosion communautaire de COVID-19, le week-end dernier, après que cinq étudiants de la région eurent reçu un test positif, certaines personnes se sont moqués du nombre, jugé petit, sur les réseaux sociaux.

Cinq cas peuvent-ils vraiment constituer une éclosion, ont-elles demandé? Et sinon, combien de cas sont nécessaires pour pouvoir utiliser le terme?

Les experts en maladies infectieuses affirment que le nombre de cas n’est pas toujours le facteur le plus important pour décider de parler d’une éclosion.

«Ce qu'(une éclosion) signifie, c’est qu’il y a une sorte de transmission incontrôlée et indésirable de l’infection», a expliqué le Dr Andrew Morris, professeur de médecine à l’Université de Toronto. «Et ce que nous voulons que les gens comprennent, c’est que, que ce soit dans une communauté ou dans une institution comme une école ou un hôpital où il y a une forte concentration de personnes, nous sommes préoccupés par les éclosions, car les conséquences, si nous n’agissons pas, peuvent être très importantes.

«Cinq cas peuvent très rapidement passer à 25 cas, (qui) peuvent très rapidement passer à 625 cas.»

Déclarer une éclosion, note le Dr Morris, signifie que quelque chose doit être fait pour arrêter la transmission rapidement.

Bien que la plupart des flambées se composent de deux cas positifs ou plus, la prévalence du virus dans une communauté a un impact sur la façon dont les cas sont classés.

Ainsi, même un seul test positif peut être qualifié d’éclosion dans un environnement où vous ne vous attendez pas à un cas de COVID-19, comme dans une petite communauté insulaire.

C’est également ce qui s’est passé le mois dernier dans un hôpital de Langley, en Colombie-Britannique, où une éclosion a été déclarée à la suite d’un cas positif. Étant donné que les hôpitaux sont stricts avec leurs protocoles de prévention de la transmission, le Dr Morris dit qu’il est en fait inattendu qu’un patient arrive sans COVID-19 et contracte le virus entre les murs de l’hôpital.

«Lorsque les responsables de la santé publique lancent cet appel (pour déclarer une éclosion), ils examineront: ce qu’ils devraient s’attendre à voir; ce qu’ils prévoient voir; et quel est le potentiel d’exposition continue», a expliqué le Dr Morris. «Donc dans une très petite ville, (…) ce sera très différent de Toronto.»

«Les éclosions ne sont pas déclarées chaque fois qu’une personne contracte une nouvelle infection à Toronto, mais (c’est le cas) lorsque nous la voyons ciblée épidémiologiquement dans un établissement ou une communauté.

Le Dr Saverio Stranges, expert en maladies infectieuses à l’Université Western, précise que des nombres relativement petits de cas apparaissant en même temps dans un même endroit peuvent être classés comme des éclosions, à condition que ces cas puissent être liés les uns aux autres.

S’il est probable que les infections proviennent d’une seule source — une personne ou un événement — alors c’est une éclosion.

«Si vous avez des cas au sein d’une (communauté) qui n’ont aucun lien épidémiologique, nous définissons généralement cela comme une grappe, et non comme une éclosion», a expliqué le Dr Stranges.

Bien que les termes soient parfois utilisés de manière interchangeable, le Dr Morris dit qu’il est important de faire la distinction entre une grappe et une éclosion.

Mais il n’est pas toujours facile de déterminer laquelle est laquelle, a-t-il ajouté.

Il dit que la phylogénétique, une pratique largement utilisée en Nouvelle-Zélande mais très peu jusqu’à présent au Canada, peut aider à faire cette distinction en examinant les brins génétiques du virus parmi les groupes de tests positifs.

On peut penser que des brins de SRAS-CoV-2 qui sont similaires proviennent de la même source, a expliqué le Dr Morris. Cependant, si des mutations différentes apparaissent, cela signifie probablement que les cas ne sont pas liés.

«Lorsque nous avons des raisons importantes de croire que les cas sont liés et qu’il y a un potentiel de croissance, alors cela est appelé une éclosion», a noté le Dr Morris.

L’éclosion de l’Université Western pourrait devenir plus importante que les cinq cas déjà signalés. Le bureau de santé a déclaré que les étudiants, qui sont maintenant isolés, vivent hors du campus et n’ont pas assisté à des cours ou à des événements sur le terrain de l’université. Mais ils étaient allés dans des restaurants et des bars du centre-ville de London avant de recevoir un test positif.

Le Dr Stranges a déclaré qu’il était difficile de prédire combien de cas supplémentaires pourraient être détectés.

C’est là que la recherche des contacts devient de plus en plus importante, a-t-il ajouté, pour tester les personnes susceptibles d’avoir été exposées aux cinq personnes positives.

«Nous savons que le SRAS-CoV-2 est très contagieux. (…) Mais cela dépend aussi des modèles de mobilité et du type de précautions que ces étudiants ont pu prendre», a-t-il déclaré. «Nous ne connaissons pas l’intensité de leurs interactions sociales. Nous ne savons pas s’ils portaient des masques, s’ils gardaient des distances, etc.»

«Il est donc très difficile de prédire combien d’autres personnes pourraient être infectées.»

Laisser un commentaire