COVID-19: Bloc, NPD et Verts insatisfaits de l’exemption américaine aux frontières

OTTAWA — Trois partis d’opposition sur quatre auraient aimé qu’Ottawa ferme les frontières canadiennes pour les Américains aussi.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, estime que les mesures annoncées lundi par le premier ministre Justin Trudeau représentent un «réel progrès», mais sont «nettement insuffisantes».

M. Trudeau a annoncé que, dès mercredi, les frontières seront fermées pour tous ceux qui ne sont pas des citoyens canadiens ou des résidents permanents au Canada, à quelques exceptions près.

Par voie de communiqué, le chef bloquiste se dit préoccupé de voir que ces restrictions ne s’appliqueront ni aux voyageurs en provenance des États-Unis ni aux déplacements par transport terrestre.

«La progression de la maladie aux États-Unis en fait le principal foyer de contagion possible au Canada et c’est pourquoi il faut interdire toutes entrées non essentielles à nos frontières», a déclaré M. Blanchet.

Selon le fédéral, les touristes américains devraient s’isoler pendant 14 jours après leur arrivée au pays pour éviter la propagation de la COVID-19. Qui plus est, tous les voyageurs seront interdits d’accès à l’aéroport s’ils présentent des symptômes de ce virus.

Par le biais de Twitter, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a déploré la décision du fédéral, qui à son avis ne tient pas compte de la science. Le Parti vert du Canada pense aussi que c’est une «erreur» de faire une exemption pour les Américains.

«Nous devons pouvoir nous concentrer sur les Canadiens qui rentrent chez eux et s’isolent sans nous inquiéter de savoir si les touristes américains le font aussi», a fait savoir Elizabeth May, chef parlementaire du parti.

Le Canada compte 407 cas de la maladie COVID-19 qui a maintenant fait quatre morts, tous en Colombie-Britannique, dans le même établissement de soins pour personnes âgées.

Les plus populaires