COVID-19: CBC suspend la plupart de ses bulletins télévisés régionaux

TORONTO — La CBC a temporairement suspendu la plupart de ses bulletins télévisés régionaux pour consolider ses ressources chez CBC News Network en pleine crise de la COVID-19 mercredi — une décision qui devrait être annulée selon le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard qui estime que le diffuseur public doit tenir les communautés éloignées et vulnérables informées pendant la pandémie.

Le diffuseur a annoncé que dès mercredi il ne diffusera plus ces bulletins de nouvelles régionales à travers le pays, à l’exception de celui de CBC North.

Il a précisé dans un communiqué que CBC News Network sera plutôt le «principal service de nouvelles en direct» et qu’il remplacera tous les autres bulletins de l’heure du souper et de fin de soirée à travers le pays sur CBC et CBC Gem.

La couverture locale se poursuivra à la radio, sur le web et sur les réseaux sociaux.

CBC North, qui couvre le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Nord du Québec, continuera de diffuser «Northbeat» produit à Yellowknife et «Igalaaq» produit à Iqaluit en langue inuktitut.

La CBC suspend également temporairement son programme «Power & Politics» afin que l’équipe de production d’Ottawa puisse être redéployée auprès de CBC News Network.

«Alors que les Canadiens se tournent vers nous pour connaître les plus récents développements en ces temps sans précédent, nous regroupons temporairement nos ressources en une seule offre de nouvelles de base», a déclaré Susan Marjetti, une directrice générale de CBC, dans le communiqué.

«Notre travail est plus que jamais nécessaire, et nous travaillerons ensemble dans toute l’organisation pour fournir aux Canadiens, jour et nuit, les nouvelles fiables et les informations essentielles dont ils ont besoin pendant la pandémie, tout en assurant la sécurité de nos équipes. En termes simples, à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.»

Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, s’est dit «incroyablement déçu» de cette décision et a indiqué qu’il prévoyait en discuter avec le premier ministre Justin Trudeau et demander officiellement au ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault d’intervenir et d’annuler la décision.

«Avec la santé et la sécurité des insulaires comme priorité, il est essentiel que nous continuions à partager les plus récentes informations avec les insulaires en temps réel, a déclaré M. King dans un communiqué.

«Je suis d’avis que ce n’est pas un bon moment pour que CBC suspende ses émissions de nouvelles locales», a-t-il ajouté.

M. King a dit avoir parlé à Catherine Tait, la présidente et chef de la direction de CBC, pour lui faire part de sa déception. Il a affirmé que Mme Tait lui avait répondu que ces changements ne seraient pas révisés pour le moment.

Chuck Thompson, le chef des affaires publiques aux services anglais du diffuseur public, a soutenu que toutes les équipes de nouvelles locales de CBC continueront de travailler, fournissant du contenu pour CBC News Network.

«Ce ne fut pas une décision facile à prendre pour nous, mais étant donné la situation exceptionnelle, ce changement nous permettra d’offrir aux Canadiens la meilleure couverture des nouvelles possible tout en assurant la sécurité et la santé de nos journalistes», a-t-il expliqué.

Une note de service envoyée à tout le personnel de CBC mercredi a souligné que ces «moments sans précédent» ont conduit à «des protocoles de collecte des informations beaucoup plus stricts» et qu’il y a beaucoup moins de personnel au siège social de Toronto.

Daniel Bernhard, directeur général du groupe Les AMIS de la radiodiffusion, a estimé qu’il s’agit d’un «moment assez inopportun pour suspendre le service».

Il a noté que l’Italie, qui est l’épicentre de la pandémie de la COVID-19 en Europe, a toujours ses kiosques de journaux ouverts et que le gouvernement italien «a réalisé qu’en cette période d’incertitude, l’information est une ressource essentielle — l’information locale de qualité».