COVID-19: début de la campagne de vaccination lundi aux États-Unis

La plus grande campagne de vaccination de l’histoire des États-Unis a débuté lundi alors que les travailleurs de la santé de certains hôpitaux ont retroussé leurs manches pour se faire vacciner contre la COVID-19.

Cette journée était donc marquée d’optimisme alors que le nombre de morts approchait les 300 000 aux États-Unis.

«J’ai bon espoir aujourd’hui. (Je suis) soulagée», a déclaré Sandra Lindsay, infirmière spécialisée dans les cas critiques, après avoir reçu une injection dans le bras au Long Island Jewish Medical Center, à New York.

Les expéditions des précieuses fioles réfrigérées du vaccin fabriqué par Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont commencé à arriver dans les hôpitaux du pays lundi.

«C’est la lumière au bout du tunnel. Mais c’est un long tunnel », a déclaré le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, en regardant la vaccination de Mme Lindsay par vidéo.

Plusieurs autres pays ont également approuvé le vaccin, y compris le Royaume-Uni, qui a commencé à vacciner la semaine dernière. Au Canada, la vaccination commence aussi lundi.

Pour les travailleurs de la santé qui, avec les résidents des maisons de soins, seront les premiers à se faire vacciner, l’espoir est tempéré par le chagrin et l’épuisement des mois passés à lutter contre un coronavirus qui continue de faire des ravages aux États-Unis et dans le monde.

«C’est le mile 24 d’un marathon. Les gens sont fatigués. Mais nous reconnaissons également que la fin est en vue », a déclaré le Dr Chris Dale des Swedish Health Services, à Seattle.

Emballée dans de la glace sèche pour qu’elle demeure à des températures très froides, la première de près de 3 millions de doses expédiées cette semaine a été acheminée par camion et par avion à travers le pays dimanche, depuis l’usine Pfizer de Kalamazoo, au Michigan. 

D’autres vaccins Pfizer-BioNTech arriveront chaque semaine. Et plus tard cette semaine, la FDA décidera si elle donnera son feu vert à un deuxième vaccin contre la COVID-19, fabriqué par Moderna.

Maintenant, l’obstacle est de faire injecter rapidement le vaccin dans les bras de millions de personnes, pas seulement des médecins et des infirmières, mais d’autres travailleurs à risque — puis administrer une deuxième dose trois semaines plus tard.

– Par Lauran Neergaard, The Associated Press

Laisser un commentaire