COVID-19: Début du déconfinement avec l’ouverture des écoles primaires le 11 mai

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault dit avoir amorcé lundi le processus de déconfinement, en se basant sur des «raisons sociales» et non pas pour assurer une «immunité collective».

Comme prévu, le processus débutera avec l’ouverture des écoles primaires et des garderies le 11 mai, sauf dans le grand Montréal, où ce sera à compter du 19 mai.

«La vie doit continuer», a dit le premier ministre lundi, en conférence de presse.

Mardi, M. Legault annoncera le calendrier de réouverture graduelle des entreprises.

Le processus de déconfinement se fera sous haute surveillance, a indiqué le premier ministre lors de sa conférence de presse sur la crise sanitaire.

L’important consiste à s’assurer que le réseau hospitalier pourra absorber une éventuelle hausse du nombre de malades à traiter, a-t-il dit en substance.

La situation devra donc demeurer sous contrôle dans les hôpitaux dans les prochains jours pour que le calendrier annoncé lundi et mardi soit respecté.

Les écoles secondaires, les cégeps et les universités vont demeurer fermés jusqu’à la rentrée de l’automne.

Le premier ministre a rappelé que les parents auraient le choix d’envoyer ou non leurs enfants à l’école.

Il a énuméré cinq raisons motivant sa décision de rouvrir les écoles, l’une d’elles étant une stabilisation de la situation dans les hôpitaux. Une autre était le feu vert reçu de la Santé publique.

Selon M. Legault, il est important que les enfants retournent à l’école, pour leur bien, surtout ceux ayant des difficultés d’apprentissage.

Il a aussi observé que le risque pour les enfants d’attraper le virus était limité.

«C’est bon que les enfants revoient leurs amis, les enseignants», a noté M. Legault, rappelant qu’aucun vaccin n’était attendu avant un an, un an et demi, et qu’on ne pouvait pas demander à des enfants de rester enfermés tout ce temps.

Rien ne prouve que l’immunité est acquise après avoir attrapé le virus, a dit M. Legault, faisant valoir que le gouvernement ne devait donc pas prendre sa décision «sur cette base-là».

Le plan de déconfinement sera accompagné d’une hausse sensible du nombre de tests de dépistage.

On en effectue environ 5000 par jour, actuellement, sur les personnes les plus à risque uniquement, mais on pourrait en faire bientôt de 15 000 à 30 000 par jour, a commenté le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda. Il assure avoir tout l’équipement requis, ce qui n’était pas le cas dans un passé récent.

Le Dr Arruda a aussi affirmé qu’il fallait se garder d’associer le processus de déconfinement à une forme de laisser-aller, car la population à risque va demeurer à risque, devant continuer à appliquer les consignes de distanciation et de confinement.

«Ce ne sera pas encore le temps de faire des partys ou des repas de famille avec des personnes âgées», a tenu à préciser le Dr Arruda, qui n’exclut pas devoir recourir à un reconfinement «intensif», si la population ne suit pas les consignes à la lettre et si on observe une nouvelle «flambée» de cas d’infection.

«C’est pas le temps de se faire des « hugs »», des accolades, a-t-il ordonné.

Province la plus touchée au Canada, le Québec a enregistré 84 nouveaux décès lundi, pour un total de 1599 depuis le début de la crise.

La situation demeure très précaire dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), où la pénurie de personnel est criante, mais le premier ministre s’est dit confiant de pouvoir rapidement remédier à la situation, grâce à l’ajout de milliers de personnes qui se sont montrées prêtes à donner un coup de main, dont le joueur de football et médecin bien connu, Laurent Duvernay-Tardif.

On attend aussi d’ici mercredi l’arrivée de 400 soldats des Forces armées canadiennes, suivie de 475 autres un peu plus tard, pour combler les besoins de personnel, surtout de préposés aux bénéficiaires, et enfin «reprendre le contrôle» dans les CHSLD.

Les commentaires sont fermés.

Je suis ouvertement impliqué dans les droits de l’homme depuis maintenant plus de 20 ans. Jamais de ma vie je n’ai vu une décision aussi irresponsable, dangereuse et complètement illogique que celle-ci – ouvrir des écoles primaires à Montréal le 19 mai.

Tout d’abord – à l’heure actuelle de l’année, nous finirons par avoir environ 3 semaines d’école maximum – et pas plus.

Les classes seront coupées en 1/4 (en raison de l’éloignement social) et juste aujourd’hui, la commission scolaire Lester B Pearson a envoyé un courriel à tous les parents déclarant que: « » – En dehors des heures de classe, il est important de ne pas exposer vos enfants à une personne vulnérable à la santé (maladie chronique, déficit immunitaire grave, grossesse ou allaitement, personne âgée de 60 ans ou plus). « » … ce qui signifie que la commission scolaire sait, attend et ne se soucie pas que nos enfants pourraient très bien être infectés par le COVID 19 à l’école, – et donc, les parents sont obligés d’être les chiens de garde – pour s’assurer que les enfants qui ramènent le virus à la maison – n’infecteront pas et ne tueront personne inutilement!

C’est ainsi que le gouvernement protège les citoyens?

Pourquoi le gouvernement du Québec n’a-t-il pas pris des mesures décisives immédiates comme l’Ontario l’a fait au début de la situation Covid19 – et a basculé l’année scolaire sur des cours en ligne – où les enfants auraient pu progresser lentement mais sûrement au cours des 2 derniers mois?

Et maintenant, au lieu d’admettre leurs erreurs (et de prendre des mesures sûres et logiques pour les corriger) – ils veulent envoyer les enfants en territoire dangereux, sans se soucier de qui les enfants pourraient infecter par la suite … tant qu’il semble que « tout est maintenant revenu à la normale et la vie peut continuer « ?

Cela me dit que nous – tous les citoyens du Québec ont petitre un problème très grave à régler – et il ne s’agit plus seulement du Covid 19!

Stupid stupid stupid. Seulement au Québec ont fait des stupidités come ceci. All of this is to allow parents to go back to work so they can have Government sponsored daycare in the form of school. Start by opening businesses and only at the last place schools. Glad I don’t live there anymore. J’ai fair mon temp dans centre maudite province. Où est le bon sense.

C quand que les vape shop vont ouvrir au Québec, moi j’arrête de fumer grace a ça…

Je me demande si un jour ils vont commencer a s’occuper des gens qui sont en couple et qu’ils attende un enfant… Mais les deux parents sont a des place différente. Je suis victime de cette situation , ma conjointe elle est enceinte de 15 semaines déjà. Je suis confiner depuis le début du 11 Mars 2020 et depuis … nous ne nous voyons plus par précaution.
Déjà 2 mois sans voir la progression de la grossesse la ou que la personne en a plus de besoin et que je ne peut rien y faire a cause des règles du confinement que nous suivons a la lettre. Si un jour il y aurais un compromis pour ces gens justement pour pouvoir visiter leur conjointe afin de les aider durant cette passe difficile ce serais génial. Sa nous atteint psychologiquement a tout les deux et il est certain que je ne suis pas le seul dans cette situation pénible.
Des pensée suicidaire ont été penser durant cette phase , de la mutilation … je n’ai pas peur de partager mon vécu jusqu’à présent. Je souhaite a personne de vivre cette même situation que moi. Moralement sa me gobe de mon énergie , toujours des pensée négative malgré l’aide que j’ai chercher.
Moi et ma copine nous évitons de nous envoyer des zones négative pour éviter que la grossesse se passe mal et qu’elle ait un mauvais moment. Meme pour elle cela est difficile de pas avoir son conjoins près d’elle durant le confinement , elle a besoin de celui qui va avoir son enfant avec elle pour illuminer un peu de bonheur durant cet événement catastrophique.

Voila un petit résumer de mon histoire en quelques ligne … voila ce que certaine personne vives durant ce confinement.

Les plus populaires