COVID-19: Des projections sombres de l’Agence de la santé publique

OTTAWA — Le nombre de malades de la COVID-19 au pays continuera d’augmenter en flèche si les Canadiens maintiennent leurs contacts au niveau actuel.

Et en répétant cet avertissement, l’Agence de la santé publique du Canada a publié des graphiques laissant croire que ce scénario est aussi sombre que celui où les contacts entre Canadiens augmenteraient.

Dans les modèles élaborés par l’agence, et publiés vendredi, une diminution de 25 % à 35 % des contacts entre Canadiens ferait «infléchir» la courbe. Cependant le maintien du nombre actuel de contacts semble presque aussi catastrophique que l’augmentation de ceux-ci.

«Le graphique qui tient compte de l’augmentation actuelle du nombre de cas quotidiens montre que si nous maintenons ou augmentons notre taux actuel de contacts avec d’autres personnes, l’épidémie devrait continuer de progresser rapidement», a averti l’administrateur en chef adjoint de l’agence, Howard Njoo, en présentant la modélisation.

En fin de journée, Santé Canada a mis un bémol à cette sortie. Le ministère a quantifié la différence dans ses projections entre le scénario où les contacts sont maintenus au niveau actuel et celui où les contacts augmentent. Sur le graphique offert dans le document de l’agence, les courbes de ces deux scénarios sont quasi identiques. Elles pointent tout droit vers le ciel.

«Les deux scenarios sont similaires pour les premières semaines, mais le nombre de cas final en novembre pour la courbe orange (plus de contacts) est 35 000 cas par jour versus 15 000 pour la courbe grise (niveau actuel des contacts)», a-t-on fait savoir par courriel à La Presse Canadienne.

Par ailleurs, les projections de l’agence, qui ne vont pas plus loin que le 17 octobre, prévoient que le pays atteindra à cette date entre 188 150 et 197 830 cas. Et il y aurait entre 9690 et 9800 décès.

Vendredi, le bilan en était à 175 556 cas confirmés de la COVID-19 depuis le début de la pandémie au Canada. Le nombre de décès était de 9557.

«Hier, avec plus de 2400 nouveaux cas signalés, nous avons enregistré la plus forte augmentation journalière (…) depuis le début de la pandémie», a déclaré Dr Njoo, reprenant en français la constatation de sa collègue Theresa Tam qui a voulu ainsi sonner l’alarme plus bruyamment.

Au printemps, Drs Njoo et Tam ont, à répétition, souligné que le nombre de cas réels était sûrement sous-estimé parce qu’il ne se faisait pas suffisamment de tests.

D’autres projections

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a, lui aussi, offert des projections vendredi.

L’institut produit deux rapports chaque semaine pour l’usage des gestionnaires du réseau de la santé du Québec. Il n’a pas encore pu mesurer l’impact des nouvelles restrictions imposées par le gouvernement Legault au début du mois.

«Si le taux de transmission demeure constant, les projections suggèrent que le nombre de lits occupés par les patients atteints de la COVID-19 s’approchera des capacités hospitalières planifiées au cours des quatre prochaines semaines», lit-on dans l’un des deux rapports.

L’institut estime qu’il est encore temps «d’ajuster» ces capacités.

«Pour les régions de Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière et Montérégie, les projections suggèrent que les capacités hospitalières seront atteintes au terme du prochain mois et plus rapidement encore en ce qui a trait aux lits de soins intensifs», précise le rapport.

La situation est moins inquiétante pour le reste du Québec où l’institut ne prévoit pas encore de dépassement de capacités.

«Les mesures pour limiter la transmission ont été intensifiées depuis le début octobre. Ces dernières pourraient avoir un impact sur les hospitalisations dans les prochaines semaines, impact qui n’est pas encore observé», fait cependant remarquer l’INESSS.

Dans son second rapport, l’institut relève que le risque d’hospitalisation des nouveaux cas confirmés entre le 28 septembre et le 4 octobre «est un peu plus élevé» (4,5 %) que celui des cas confirmés lors des quatre semaines précédentes (4,1 %).

Laisser un commentaire
Les plus populaires