COVID-19: Dubé exhorte la population à renoncer aux rassemblements

QUÉBEC — La deuxième vague de coronavirus se répand un peu plus chaque jour au Québec, obligeant le gouvernement Legault à demander à la population de renoncer à tout rassemblement non essentiel dans les prochaines semaines.

Les Québécois doivent absolument éviter les contacts sociaux dans les semaines qui viennent, pour espérer freiner la propagation du virus de la COVID-19, a imploré le ministre de la Santé, Christian Dubé, jeudi, en conférence de presse.

Sinon, «si on continue comme ça, on va rentrer dans le mur», prévient le ministre, soucieux de «casser la vague» de coronavirus, qui gagne davantage de terrain chaque jour un peu partout au Québec.

Dans la mesure du possible, le gouvernement demande donc à la population d’éviter à court terme tout type de rassemblements autres que ceux reliés directement au travail ou à l’école.

Désormais proscrits: les soupers de famille, partys entre amis, soupers au restaurant, soirées d’anniversaires, mariages, funérailles, ou toute autre occasion favorisant les contacts sociaux, la transmission communautaire étant devenue la meilleure façon d’attraper le virus.

«Il faut s’assurer qu’on se limite à ce qui est vraiment nécessaire», a tranché M. Dubé, répétant son message sur tous les tons, visiblement inquiet de la tournure des événements.

«Dans les prochaines semaines, s’il-vous-plaît, évitez les contacts sociaux», a sommé le ministre, qui adopte jour après jour un ton de plus en plus alarmiste, ordonnant aux Québécois: «Restez chez vous!»

De mercredi à jeudi, le Québec a enregistré 582 nouveaux cas d’infection, pour un total de 69 670 depuis le début la pandémie, en mars.

Il conseille d’ailleurs aux gens d’annuler dès maintenant les activités prévues durant le long week-end de l’Action de grâces, du 10 au 12 octobre. Ce sera le meilleur moyen d’augmenter nos chances «d’avoir un beau Noël», a commenté le ministre.

«On ne veut pas connaître un autre confinement», a-t-il dit, qualifiant ce scénario de «la pire chose» qui pourrait survenir au Québec cet automne.

En attendant, à court terme du moins, toutes les régions conservent le même code de couleur, sauf le territoire de la MRC d’Avignon, en Gaspésie, qui passe du vert au jaune.

Aucune région n’est encore passée en zone rouge, soit l’alerte maximale.

Le Québec compte actuellement 291 foyers d’éclosions de COVID-19, chacun pouvant générer un grand nombre de cas.

La ville de Québec, qui avait été relativement épargnée au printemps, compte actuellement 50 éclosions actives.

Mobilité maintenue

Durant la première vague, au printemps, la mobilité du personnel avait été identifiée comme une des principales sources de propagation du virus dans les Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD).

Mais ces mouvements de personnel d’un centre à l’autre se sont poursuivis quand même pour éviter des ruptures de services, compte tenu de la pénurie de main-d’oeuvre.

Et il pourraient bien continuer cet automne, a confirmé le ministre Dubé jeudi, car il manque toujours d’infirmières et d’infirmières auxiliaires.

«Je ne dis pas qu’on n’en aura pas (de mobilité), parce qu’on ne l’a pas, le personnel» requis, a-t-il admis.

La différence cette fois c’est que les mouvements de personnel devront être autorisés par la direction de l’établissement, a-t-il dit.

Laisser un commentaire
Les plus populaires