COVID-19: éclosions chez les Autochtones itinérants, l’aide s’organise à Montréal

MONTRÉAL — Quelques organismes sociaux de Montréal se mobilisent pour répondre à une importante éclosion de COVID-19 qu’ils ont perçue auprès des personnes autochtones en situation d’itinérance chronique.  

Environ 80 % de ces personnes ayant subi un dépistage ont un diagnostic positif au coronavirus, selon un communiqué conjoint publié jeudi par ces organismes.   

Parmi les solutions mises en place, il y a eu une réorganisation des locaux de l’ancien hôpital Royal Victoria en une zone rouge pouvant accueillir 61 personnes qui inclut une gestion de consommation d’alcool.  

De plus, 12 places ont été aménagées en zone orange pour les personnes en attente de résultats et 14 autres places en zone jaune pour celles devant être isolées à la suite d’un contact étroit.   

D’autre part, le réseau de la santé a proposé des services cliniques adaptés aux besoins, en particulier pour les Autochtones éprouvant des dépendances à l’alcool. Un espace de confinement adapté à leurs besoins et où ils peuvent repérer des visages qui leur sont familiers a été ouvert.  

Les organismes s’efforcent aussi d’offrir du soutien infirmier et médical fourni par le réseau de la santé, de même que du soutien psychosocial, des repas et des activités pour les résidents.  

Des partenaires ont dit être prêts à fournir aux organismes leur expertise et agir à titre de formatrices en matière de réalités autochtones.   

Les organismes qui pilotent ces initiatives sont la Mission Old Brewery, Projets Autochtones du Québec (PAQ) et le RÉSEAU de la communauté autochtone à Montréal, avec l’appui du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal.

Laisser un commentaire