COVID-19 et vaccin: des élus américains demandent des assouplissements aux frontières

WASHINGTON — Des élus du nord des États-Unis se réjouissent d’apprendre que le Canada est sur le point d’abandonner les certificats de vaccination contre la COVID-19 pour les visiteurs étrangers — et ils souhaitent que l’administration américaine en fasse maintenant autant.

Le sénateur démocrate du Montana Jon Tester a écrit cette semaine au secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, pour lui demander de lever l’exigence de vaccination pour les chauffeurs de camion et les autres voyageurs qui arrivent aux États-Unis.

«Des reportages récents indiquent que le gouvernement canadien prévoit de mettre fin dans les prochains jours à ses exigences de vaccination pour les Américains et les autres voyageurs qui ne sont pas Canadiens, a écrit M. Tester. Il est plus que temps que les États-Unis en fassent autant.»

Les certificats de vaccination exigés à la frontière rendent le commerce international «plus difficile et plus coûteux», écrit le sénateur, en particulier dans des États comme le Montana qui entretiennent des relations commerciales spéciales avec leur voisin du nord.

«Les engrais, le foin et d’autres produits agricoles du Canada sont essentiels pour les agriculteurs et les éleveurs du Montana et de toute l’Amérique», a écrit M. Tester. Une approche coordonnée des mesures des deux côtés de la frontière «éviterait une confusion inutile, augmenterait le commerce et stimulerait les économies des deux côtés de la frontière nord», selon lui.

Au Congrès, le représentant démocrate de l’État de New York, Brian Higgins, coprésident du Groupe interparlementaire bilatéral multipartite Canada-États-Unis, a déclaré que la question des preuves vaccinales à la frontière avait été chaudement débattue lors des récentes réunions à Washington. 

M. Higgins estime qu’il serait illogique que les États-Unis maintiennent la vaccination obligatoire pour les voyageurs étrangers, alors que le président Biden a lui-même soutenu dans une récente entrevue à l’émission «60 Minutes» que la pandémie était «terminée».

«Je ne sais pas si je suis entièrement d’accord avec cette affirmation, a dit M. Higgins, mais je crois que toutes les restrictions pandémiques devraient être levées — les gens en ont assez».

Le décret ne sera pas renouvelé

Deux sources gouvernementales de haut niveau bien au fait de la décision du Canada ont confirmé jeudi que le décret du Cabinet qui maintient les mesures sanitaires à la frontière frontalières ne sera pas renouvelé lorsqu’il expirera vendredi prochain. Les sources ont parlé à La Presse Canadienne à condition de ne pas être identifiées, car elles n’étaient pas autorisées à parler publiquement.

L’expiration du décret ministériel signifie également la fin de l’obligation pour les voyageurs d’utiliser l’application «ArriveCan» pour saisir les dossiers de vaccination ou les résultats de tests de dépistage, bien que l’application restera un outil facultatif pour les douanes et l’immigration. L’une des sources a déclaré que le premier ministre Justin Trudeau avait approuvé la décision de ne pas renouveler le décret.

Ainsi, les voyageurs internationaux n’auront plus à prouver qu’ils sont entièrement vaccinés pour entrer au Canada. Les Canadiens non vaccinés doivent présenter un résultat de test négatif pour entrer; ils doivent aussi accepter de se mettre en quarantaine pendant 14 jours et de subir d’autres tests de dépistage après leur arrivée.

Les responsables de la Maison-Blanche ont jusqu’à présent refusé de préciser si les règles américaines en matière de vaccins pour les voyageurs étrangers changeraient à la fin du mois de septembre. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (les CDC) n’ont pas répondu aux questions des médias vendredi.

Des disparités qui irritent

Les disparités entre les mesures sanitaires d’un côté et de l’autre de la frontière canado-américaine ont été une frustration constante pour certains acteurs au cours de la pandémie de COVID-19. Ainsi, l’automne dernier, les États-Unis ont ouvert la porte aux étrangers vaccinés près de trois mois après le Canada.

Bien conscient de ces disparités, le représentant Higgins a déclaré qu’il souhaitait que le Groupe interparlementaire se concentre sur la recherche d’un moyen de garantir que les États-Unis et le Canada puissent coordonner davantage leurs politiques frontalières.

«Partout dans le monde, que ce soit au Moyen-Orient, en Asie de l’Est, en Europe de l’Est: tout le monde est entouré d’hostilité et d’instabilité, a-t-il déclaré. En Amérique du Nord — et en particulier entre les États-Unis et le Canada, — il n’y a tout autour que des amis et des poissons. Ça doit bien vouloir dire quelque chose.»

L’industrie touristique impatiente

L’industrie canadienne du tourisme a elle aussi déploré l’approche asymétrique que le Canada et les États-Unis ont adoptée à la frontière. Dans un rapport commandé par l’Association de l’industrie touristique du Canada et la Table ronde canadienne du voyage et du tourisme, plusieurs épidémiologistes canadiens de premier plan ont appelé à la fin des restrictions sanitaires qui ciblent les voyageurs transfrontaliers.

«Les restrictions de voyage mises en œuvre dans le monde entier ne peuvent maintenir un environnement sans COVID-19 ni empêcher l’entrée de nouveaux variants préoccupants dans un pays, ou leur propagation au sein des communautés», ont conclu les quatre médecins qui ont rédigé le rapport, dont le docteur montréalais Karl Weiss, figure médiatique au Québec.

Et les voyageurs canadiens font partie d’un groupe à plus faible risque, étant donné que plus de 87 % des personnes vivant au nord de la frontière ont reçu au moins une dose d’un vaccin contre la COVID-19.

«Nous sommes l’une des populations les plus vaccinées au monde», a expliqué vendredi en conférence de presse le docteur Weiss, chef du service de maladies infectieuses-microbiologie à l’Hôpital général juif de Montréal.

«Je pense qu’à ce stade-ci, avec les outils dont nous disposons, nous sommes rendus là.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.