COVID-19, état de la situation au Québec: 2 autres décès

Le gouvernement du Québec rapporte mercredi deux autres victimes de la COVID-19.

Le total des décès dans la province en lien avec cette maladie s’élève désormais à 33.

Quant au nombre de nouveaux cas confirmés de la COVID-19, il est de 449, soit une progression un peu moins marquée que lors des derniers jours.

Évidemment, le bilan total de 4611 cas ne fait état que de ceux qui ont été confirmés après des tests: d’autres Québécois sont vraisemblablement atteints, sans le savoir, et leurs cas ne sont pas comptabilisés.

Mercredi, 307 personnes sont hospitalisées. Aucun nouveau cas n’a dû être transféré aux soins intensifs.

Le premier ministre François Legault a tenu à rassurer la population à ce sujet en réitérant que la province dispose de 6000 lits pour s’occuper d’eux.

Il a exprimé mercredi sa très grande préoccupation pour les personnes âgées alors qu’il y a eu au moins un cas de contamination à la COVID-19 dans 519 résidences pour aînés. Pour cette raison, M. Legault promet que les consignes seront encore plus sévères pour les entrées et les sorties dans chaque résidence.

Des contrôles routiers dans de nouvelles régions

Les Québécois ont commencé leur journée en apprenant que des contrôles routiers seront faits aux abords et à l’intérieur de quatre autres régions.

Ces points de contrôle additionnels devaient être déployés vers midi. Il s’agit de contrôles aléatoires ou encore de barrages à des endroits ciblés, pour une heure ou deux.

Plus précisément, ils doivent être en Outaouais, dans les Laurentides (territoires des municipalités régionales de comté d’Antoine-Labelle et d’Argenteuil), dans Lanaudière (territoires d’Autray, de Joliette, de Matawinie et de Montcalm) et en Mauricie et Centre-du-Québec (agglomération de La Tuque).

Mercredi, des policiers de la Sûreté du Québec se trouvaient notamment sur plusieurs ponts séparant l’Outaouais de l’Ontario et arrêtaient les automobilistes.

Ils cherchaient à sensibiliser les gens et à arrêter ceux qui n’allaient pas au Québec pour un travail jugé essentiel ou d’autres motifs permis.

Cette mesure fait suite aux directives de la Direction de la santé publique et vise à limiter les déplacements non essentiels, dit la Sécurité publique.

La semaine dernière, de tels contrôles routiers avaient déjà été instaurés dans huit régions et territoires du Québec.

Personne n’entre dans les écoles

En fin de journée, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a fait savoir aux parents et aux étudiants qu’il n’était pas question de permettre à qui que ce soit d’entrer dans les écoles pour récupérer leurs effets scolaires.

«La Santé publique nous a recommandé de surseoir à toute opération visant à permettre la récupération de matériel dans tous les établissements scolaires et d’enseignement supérieur», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Il semble que certains établissements avaient pris l’initiative d’organiser de telles opérations et le ministre a ordonné de tout arrêter.