COVID-19: Il faut éviter les zones les plus à risque, soit Montréal et l’Estrie

QUÉBEC — Principal foyer d’éclosion du virus de la COVID-19 au Québec, la ville de Montréal a déclaré vendredi l’état d’urgence sanitaire sur son territoire, à la demande des autorités de la Santé publique.

Diverses mesures devront, de ce fait, être mises en place à très court terme par la municipalité, dans un premier temps destinées à freiner la propagation parmi les itinérants.

La requête a été formulée vendredi après-midi par le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda.

Cette déclaration d’état d’urgence locale donne des pouvoirs accrus exceptionnels à la Ville de Montréal pour adopter rapidement des mesures. Notamment, des refuges temporaires pour itinérants seront créés de toute urgence, en réquisitionnant des locaux au besoin. 

L’annonce a été faite par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en conférence de presse.

Plus tôt, lors d’une autre conférence de presse, en compagnie du premier ministre François Legault, M. Arruda avait indiqué que l’île de Montréal et la région de l’Estrie étaient devenues les deux zones les plus à risque de contracter le virus au Québec.

À compter de maintenant, les autorités gouvernementales recommandent d’éviter de s’y rendre, si on n’y habite pas déjà.

Pour la deuxième journée d’affilée, le gouvernement Legault a menacé d’adopter des mesures de confinement spécifiques à ces deux territoires, si la population ne se soumet pas volontairement aux consignes strictes émises jusqu’à maintenant.

Durant sa conférence de presse quotidienne sur l’état de la situation, le premier ministre François Legault n’a pas caché qu’il était en discussion avec la Ville de Montréal en vue de déterminer si le moment était venu de déclarer l’urgence sanitaire dans la métropole du Québec.

On laisse entendre que des mesures restrictives pourraient viser des quartiers précis de la ville, situés au centre-ouest de l’île, là où le virus semble vouloir élire domicile.

Cependant, le premier ministre s’est empressé d’ajouter qu’il n’était pas question, pour l’instant du moins, de «fermer» l’île de Montréal.

«Rien n’est décidé pour demain ou après-demain. On regarde à chaque matin la situation puis on prend les décisions», a dit M. Legault à ce propos.

Le Québec compte actuellement 2021 cas confirmés de personnes infectées, dont près de la moitié, soit 971, se trouvent à Montréal. De jeudi à vendredi, 189 nouveaux cas se sont ajoutés dans la métropole. L’Estrie arrive au deuxième rang avec 227 personnes contaminées par le coronavirus.

Il est donc plus que jamais essentiel que les gens qui habitent Montréal et l’Estrie suivent à la lettre la consigne demandant aux Québécois de «rester à la maison», a commenté le premier ministre.

À Montréal, la situation évolue «d’heure en heure» et de nouvelles mesures de confinement pourraient survenir n’importe quand si les choses se dégradent, a dit de son côté M. Arruda, juste avant de réclamer l’état d’urgence sanitaire.

«C’est sûr qu’on va s’assurer que les gens qui n’ont pas compris finissent par comprendre», a-t-il dit, évoquant une présence accrue des forces de l’ordre, dans «les quartiers chauds» de la ville, pour faire respecter les directives, notamment l’interdiction de tout rassemblement et la distanciation sociale.

Il n’existe pas de chiffre magique, à partir duquel on décrète qu’une ville doit être bouclée, a-t-il ajouté, se faisant rassurant sur les moyens éventuellement déployés.

«Quand on confine les gens dans un territoire, on s’assure que la sécurité et les besoins essentiels» des gens sont pris en compte, a précisé M. Arruda. 

Le virus a tué 18 Québécois, à ce jour.  

M. Legault a aussi fait le point sur différents enjeux reliés à la pandémie.

Il a dit avoir demandé au ministère des Finances d’examiner comment on pourrait dédommager les gens qui gagnent moins que 2000 $ par mois, soit l’aide promise cette semaine par Ottawa. Il a promis d’annoncer des mesures sous peu.

Il s’est par ailleurs félicité de la réponse suscitée par son appel au bénévolat lancé jeudi. Plus de 12 000 jumelages ont déjà été effectués, en moins de 24 heures.

Alors que les gens sont plus que jamais confinés à la maison, le premier ministre a demandé aux Québécois de garder l’oeil ouvert et de ne pas hésiter à intervenir s’ils sont témoins d’une situation impliquant un enfant vulnérable ou une femme victime de violence conjugale.

«Si vous êtes au courant qu’un enfant ou qu’une femme subit de la violence, appelez la police», a ordonné M. Legault.

De son côté, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a dit avoir réussi à libérer 7000 des 18 000 lits du système hospitalier pour les malades de la COVID-19, ce qui est «considérable».

Aux malades atteints du cancer, qui voient leurs examens, traitements et chirurgies reportés à une date indéterminée pour libérer ces lits, la ministre s’est faite rassurante, affirmant que «tout ce qui doit être fait pour les gens qui ont un cancer qui ne peut pas attendre, va être fait».

Même constat pour les personnes en attente d’une chirurgie cardiaque.

Par ailleurs, pour donner «de l’oxygène» aux entreprises, Québec et Ottawa se sont entendus pour reporter au 30 juin les versements de la TPS et la TVQ attendus le 30 mars.

Les plus populaires