COVID-19: il y a 8 fois plus de cas que le nombre signalés selon une étude

VICTORIA — Une nouvelle étude suggère qu’il y a huit fois plus de personnes qui ont été infectées par le nouveau coronavirus dans la région métropolitaine de Vancouver que le nombre de cas signalés.

L’étude conjointe des chercheurs du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies de la Colombie-Britannique, de l’Université de la Colombie-Britannique, de l’entreprise LifeLabs et de scientifiques de la santé publique est publiée sur le site de recherche en santé medRxiv.

Une conférence de presse sur les résultats est également prévue jeudi matin.

Les auteurs affirment que les résultats indiquent une suppression réussie de la transmission communautaire en Colombie-Britannique, avec un taux d’infection global estimé à moins de 1%.

L’étude a examiné des échantillons de sang anonymes collectés pour des raisons qui ne sont pas liées à la COVID-19 par LifeLabs en mars et mai, avant et après l’introduction de mesures de santé publique.

Les premiers échantillons de mars ont révélé que deux des 869 échantillons étaient positifs, pour une prévalence de 0,28%, tandis que l’échantillon de mai a trouvé une prévalence de 0,55%.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a qualifié le taux d’infection estimé de «très faible» et dit qu’il est le résultat de l’efficacité des mesures de santé publique de la Colombie-Britannique et de la coopération du public.

«Cela renforce le fait que nous sommes sur la bonne voie», a déclaré Adrien Dix.

«C’est une question à double tranchant, un faible niveau de transmission, mais aussi très peu de personnes avec des anticorps pour faire face à de futurs sommets potentiels de COVID-19.»

Si le taux de prévalence de l’étude est appliqué à l’ensemble de la population de la province, cela pourrait signifier qu’environ 28 000 personnes ont été infectées par le virus, tandis que 3 149 cas de COVID-19 ont été confirmés à ce jour, mais Adrien Dix a noté que les résultats sont spécifiques à la région de Vancouver.

Les responsables de la santé ont déclaré à plusieurs reprises que plus de personnes avaient été infectées par le virus que le nombre officiel de résultats positifs et Adrien Dix qualifie le taux de prévalence estimé en Colombie-Britannique «d’encourageant».

«Dans l’ensemble, le niveau d’infection en Colombie-Britannique était faible et cela est dû aux actions des habitants de la Colombie-Britannique. Cela dit, il y a plus de personnes infectées par la COVID-19 que de tests positifs et c’est quelque chose que nous avons dit clairement, surtout pendant la période de mars et avril, lorsque nous concentrions sur notre programme de dépistage, en particulier sur des groupes spécifiques, notamment les travailleurs de la santé », a expliqué le ministre Dix.

Cette étude est la première du genre au Canada, a-t-il expliqué.

L’étude est également importante, car elle impliquait des personnes qui ne s’étaient pas auto-sélectionnées pour le dépistage de la COVID-19, donc elles ne croyaient probablement pas qu’elles avaient le virus, a expliqué le ministre de la Santé.

L’étude a été autorisée par la directrice de la santé publique de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, et approuvée par le comité d’éthique de la recherche clinique de l’Université de la Colombie-Britannique. L’étude n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs.

La Colombie-Britannique a enregistré mercredi 21 nouveaux cas et aucun nouveau décès. Il y a 207 cas actifs alors que 2 753 personnes déclarées positives se sont rétablies, a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

Laisser un commentaire
Les plus populaires