COVID-19: la courbe épidémique de Montréal tarde à s’aplatir, selon la DSP

Montréal accueille favorablement la décision du gouvernement Legault de reporter d’une semaine l’ouverture des commerces, car la courbe épidémique tarde à s’aplatir dans la métropole.

La directrice de la santé publique de Montréal, la docteure Mylène Drouin, n’a pas cherché à dorer la pilule, lundi, en dressant le bilan de la métropole: «Quand on regarde les chiffres globaux, on n’est pas vers une baisse de la courbe épidémique; on voit des plateaux, voire une augmentation de cas.»

Le premier ministre François Legault avait annoncé plus tôt dans la journée que la réouverture des commerces dans la grande région de Montréal, prévue pour le 11 mai, était reportée au 18 mai, alors qu’elle s’amorce dans toutes les autres régions de la province.

La docteure Drouin a rappelé que les conditions de déconfinement qu’il faut atteindre sont une maîtrise de la transmission communautaire, la capacité des autorités de santé publique à détecter, isoler et examiner les éclosions de la maladie et enfin une capacité du réseau de la santé d’absorber une nouvelle augmentation du nombre de cas, dont des cas sévères nécessitant une hospitalisation.

Dépistage en autobus

«Cette semaine additionnelle va nous permettre à la fois de bien documenter les zones potentielles de transmission communautaire et de voir si ça explique pourquoi on n’a pas une baisse de la courbe épidémique, une baisse franche», a-t-elle expliqué.

Le dépistage sera étendu et intensifié sur le territoire, avec un effort particulier dans les secteurs de Saint-Michel, Montréal-Nord, Parc Extension et Rivière-des-Prairies. Les tests seront destinés aux personnes symptomatiques, aux travailleurs des secteurs essentiels symptomatiques, dans les quartiers et les milieux de travail où l’on constate des éclosions et auprès des contacts de patients ayant une infection confirmée.

Par ailleurs, la Société de transport de Montréal (STM) a aménagé un autobus qui servira de clinique de dépistage mobile. Celui-ci sera déployé dès ce mardi et d’autres véhicules du genre sont à être aménagés.

Employeurs: ne demandez pas de tests!

La docteure Drouin a par ailleurs déploré le fait que ses bureaux reçoivent de nombreux appels de personnes asymptomatiques qui demandent à subir un test de dépistage parce que leur employeur le leur réclame.

«On demande aux milieux de travail de ne pas exiger ces tests-là avant qu’une personne puisse retourner travailler», a-t-elle déclaré.

«Une personne qui est asymptomatique ne devrait pas aller se faire dépister. Ce n’est pas une garantie qu’elle n’est pas en incubation et que, dans deux jours, elle ne développerait pas des symptômes.»

La docteure Drouin, tout comme la mairesse Valérie Plante assise à ses côtés, ont fortement recommandé aux Montréalais de porter un couvre-visage et d’en prendre l’habitude.

«Les Montréalais ont besoin d’espace»

Mme Plante, qui demandait encore récemment que Montréal soit déconfinée en même temps que le reste de la province, avait changé son fusil d’épaule en commentant la décision de Québec de retarder d’une autre semaine le déconfinement montréalais.

«C’est une décision que j’appuie entièrement puisqu’elle va nous permettre de continuer notre préparation et de nous assurer que les conditions sont optimales pour la réouverture de certains secteurs économiques et la réouverture des écoles primaires et des garderies», a-t-elle dit.

Elle a fait un survol de la dernière fin de semaine, où les Montréalais ont pris les rues et les parcs d’assaut avec la première manifestation de temps estival.

Mme Plante dit avoir constaté que les consignes de distanciation ont été généralement respectées, tout en notant qu’il y a quand même eu certains attroupements, d’où la décision de fermer les stationnements de certains grands parcs très fréquentés, soit les parcs Lafontaine, Maisonneuve, Jarry, de la Visitation et Frédéric Back.

«Les parcs sont, pour beaucoup de Montréalais et Montréalaises, pour des familles et pas seulement des familles, la seule façon pour la population de profiter d’un peu de verdure», a-t-elle tout de même reconnu.

«On doit quand même s’assurer que les lieux sont fréquentés de façon responsable», a-t-elle ajouté en invoquant la présence policière pour faire respecter la distanciation physique.

La mairesse a également salué la mise à l’essai des «rues familiales et actives» dans l’arrondissement Plateau Mont-Royal, où des rues ont été réservées à la circulation locale et partagées à la fois par les automobilistes, les cyclistes et les piétons, un concept que l’on compte étendre à d’autres artères. Mme Plante a aussi promis du même coup de présenter prochainement «un vaste plan de déplacement urbain estival».