COVID-19: la dépression touche plusieurs jeunes, selon une étude ontarienne

TORONTO — Des recherches préliminaires suggèrent que la crise de la COVID-19 a un impact soutenu et important sur la santé mentale des jeunes en Ontario.

Des chercheurs du Toronto Hospital for Sick Children ont publié jeudi les premiers résultats indiquant que la majorité des enfants et des adolescents ont vu leur santé mentale décliner au cours de la deuxième vague de la pandémie.

Les premières données, qui n’ont pas été examinées par des pairs, montrent que plus de la moitié des 758 enfants âgés de huit à 12 ans ont signalé des symptômes importants de dépression de février à mars.

Ce bilan psychologique était encore plus prononcé chez les adolescents, 70 % des 520 adolescents âgés de 13 à 18 ans signalant des symptômes dépressifs importants.

Les résultats sont tirés des réponses d’environ 1500 parents et enfants en Ontario dans le cadre d’une série d’enquêtes périodiques sur la santé mentale des jeunes pendant la pandémie.

La Dre Daphne Korczak, chercheuse principale de l’étude en cours dirigée par SickKids, affirme que la recherche montre que les mesures de confinement strictes de l’Ontario, y compris les fermetures prolongées d’écoles dans certaines régions, ont causé de graves dommages aux jeunes qui pourraient souffrir de conséquences durables.

«Nous n’avons vu aucune preuve que les enfants ont commencé à s’améliorer, à s’adapter ou à faire preuve de résilience au cours de l’année», a déclaré la Dre Korczak, scientifique associée au programme de neurosciences et de santé mentale de SickKids.

«Nous devons avoir des conversations significatives, alors que notre société rouvre, sur la façon dont nous pouvons donner la priorité aux enfants et à leur santé mentale.»

Selon les données recueillies auprès de 1494 participants, plus les enfants d’âge scolaire passaient de temps à apprendre en ligne, plus ils étaient susceptibles de ressentir des symptômes de dépression et d’anxiété.

La Dre Korczak a déclaré que certains répondants avaient l’impression que même lorsque les cours en personne avaient lieu, «cela ne ressemblait pas à l’école» en raison des restrictions de socialisation et de l’annulation des activités parascolaires.

«Les enfants apprécient l’école au-delà des bâtiments», a-t-elle déclaré. «Nous devons essayer de gérer l’école aussi normalement que possible si nous voulons améliorer la santé mentale des enfants.»

SickKids a toujours plaidé pour que les élèves soient dans la salle de classe tout au long de la pandémie, avec des classes plus petites et des fermetures localisées pendant les éclosions de COVID-19.

La vaccination généralisée est un aspect clé du plan de l’Ontario pour reprendre l’apprentissage en classe à l’automne – bien que tous les détails du plan n’aient pas été communiqués.

La province a promis que tous les élèves et travailleurs de l’éducation se verraient offrir deux injections avant septembre.

Mais ce n’est pas aussi simple que de ramener les enfants à l’intérieur de la salle de classe, a déclaré la Dre Korczak. Pour assurer le bien-être des enfants, les autorités doivent également fournir un soutien aux parents, a-t-elle déclaré.

Lydia Muyingo, étudiante au doctorat en psychologie clinique à l’Université Dalhousie, a déclaré que les résultats préliminaires de SickKids concordent avec la demande accrue de services qu’elle a observée dans son propre travail clinique.

La crise de santé mentale des jeunes au Canada est antérieure à la pandémie, a déclaré Mme Muyingo, donc la solution ne peut pas être aussi simple qu’un «retour à la normale».

«Il y a ce récit selon lequel les enfants sont résilients et qu’ils peuvent traverser n’importe quoi. Et oui, les enfants sont résilients, mais ils sont aussi humains», a noté Mme Muyingo.

«Je pense que ces effets de COVID dureront plus longtemps que lorsque nos masques sont mis de côté (…), car si vous rencontrez des problèmes de santé mentale en tant qu’enfant, vous courez un plus grand risque de rencontrer ces problèmes à l’âge adulte.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.