COVID-19: la Nouvelle-Écosse établit de nouvelles règles pour les étudiants

HALIFAX — Les étudiants des universités et collèges néo-écossais qui viennent de l’extérieur des provinces de l’Atlantique devront subir un test de dépistage de la COVID-19 en plus de se placer en quarantaine pendant 14 jours.

Le premier ministre Stephen McNeil l’a annoncé jeudi. Les autorités néo-écossaises ont aussi signalé un nouveau cas de COVID-19, ce qui porte le nombre de cas actifs à six dans la province.

Dorénavant, les étudiants seront testés trois fois au cours de leur période de quarantaine.

«Cela aidera à suivre le virus, a expliqué M. McNeil aux journalistes. Si des étudiants sont asymptomatiques, ces tests devraient nous aider à détecter la COVID. Cela permettra également aux institutions et à la santé publique de réagir rapidement si le virus est détecté.»

Selon les nouvelles règles, les étudiants qui vivent déjà dans les provinces de l’Atlantique n’auront besoin de s’isoler que s’ils ont voyagé à l’extérieur de la région au cours des 14 derniers jours.

Les étudiants devront achever leur quarantaine même s’ils ont obtenu des résultats de test négatifs. Ils ne pourront pas assister aux cours en personne aussi longtemps que leur période de quarantaine ne sera pas terminée — et jusqu’à ce qu’ils soient déclarés négatifs.

Les universités et le Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse sont en train d’informer les étudiants des nouvelles exigences, notamment le processus de dépistage. Le premier ministre a déclaré qu’il y aurait des installations sur les campus pour réaliser les prélèvements.

Une nouvelle procédure de suivi

M. McNeil a également déclaré que la province utilise une nouvelle procédure pour mieux suivre les personnes qui proviennent de l’extérieur de la région atlantique. Créée en juillet, la «bulle atlantique» permet à la population de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador de voyager dans la région sans avoir à se placer en quarantaine en franchissant les limites provinciales.

Le premier ministre a indiqué qu’un nouvel enregistrement numérique remplacerait bientôt les appels téléphoniques de suivi pour s’assurer que les gens se placent en isolement.

«C’est un moment important dans notre province, a souligné M. McNeil. Nous devons être réalistes, la COVID ne disparaîtra pas. Mais nous espérons que notre plan d’isolement et notre stratégie de test permettront d’éviter un pic majeur de cas.»

Quant à savoir à quel moment la Nouvelle-Écosse pourrait s’ouvrir au reste du Canada, M. McNeil ne s’est pas engagé là-dessus. Il a plutôt affirmé est que les prochaines semaines seraient cruciales, notamment avec les rentrées scolaires.

«Nous voulons surveiller la situation pour voir comment cela se passe, mais à un moment donné, nous devrons ouvrir notre province au reste du Canada pour la santé de notre économie», a dit le premier ministre.

Idéalement, une telle décision serait prise en concertation avec les autres provinces de l’Atlantique, mais M. McNeil a répété que si ce n’était pas possible, la Nouvelle-Écosse «pourrait faire cavalier seul» après avoir évalué sa propre situation. «La santé publique continuera de nous guider, mais quand elle sera à l’aise avec ce qu’ils voient, nous [ouvrirons].»

Un nouveau cas

Pendant ce temps, les responsables de la santé ont indiqué que le dernier cas de COVID-19 avait été identifié mercredi dans le centre de la province. Aucune autre précision n’a été divulguée à ce sujet.

La santé publique a mis en garde jeudi contre deux éclosions potentielles à Truro: la première dans un restaurant où un cas a été signalé le 9 août de 17 h à 19 h et l’autre à la 102e escadre (Colchester) de l’Association de l’Aviation royale canadienne, le 15 août, entre 16 h et 18 h 30.

Les personnes qui étaient présentes sur les lieux à ces moments sont invitées à surveiller l’apparition éventuelle de symptômes.

On a recensé 1077 cas positifs de COVID-19 et 64 décès en Nouvelle-Écosse depuis le début de la pandémie. Les responsables affirment que 1007 cas sont désormais résolus. Une personne est actuellement hospitalisée.

Laisser un commentaire
Les plus populaires