COVID-19: La réouverture des commerces et écoles de Montréal encore reportée

QUÉBEC — Montréal devra faire preuve de patience. La réouverture des commerces, des garderies et des écoles de la région de Montréal est une fois de plus reportée.

Le confinement se poursuivra donc jusqu’au 25 mai dans le grand Montréal, où la pandémie n’est toujours pas sous contrôle, a décrété le premier ministre François Legault jeudi, en conférence de presse.

À Montréal, après plusieurs semaines d’hibernation, l’économie devait reprendre ses activités le 11 mai, puis le 18, mais une semaine de plus s’avère désormais nécessaire.

Les nouvelles étaient meilleures pour les grands-parents, qui ont obtenu l’autorisation, jeudi, de garder leurs petits-enfants, à certaines conditions.

La veille, une confusion s’était installée, alors que Québec demandait aux enseignantes et éducatrices en garderie âgées entre 60 et 70 ans de retourner au travail lundi, même s’il leur était interdit de fréquenter leurs propres petits-enfants.

En régions, les garderies et les écoles primaires doivent ouvrir leurs portes lundi prochain.

En conférence de presse, le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, a clarifié les choses pour les citoyens âgés dans la soixantaine.

«Les gens en bas de 70 ans, qui sont en bonne santé, qui voudraient aller garder leurs petits-enfants pendant la semaine pour que les parents puissent aller en services essentiels, c’est permis. Ca va être permis», a dit le Dr Arruda.

Dans son esprit, cette ouverture est donc conditionnelle, devant répondre à un besoin réel de gardiennage, pour permettre aux parents de travailler.

Il ne s’agit donc pas de céder au désir de retisser les liens familiaux, mis à l’épreuve depuis deux mois.

«Ce serait pas le temps d’inviter grand-maman pour un souper», a illustré le Dr Arruda, qui ajoute qu’il faudra «éviter, bien entendu, les grandes accolades» et respecter les consignes d’hygiène.

Pendant ce temps, la pénurie de personnel demeure toujours aussi criante dans les résidences pour personnes âgées.

Jeudi, le taux d’absentéisme était fort élevé, alors que 11 600 travailleurs du réseau de la santé manquaient à l’appel.

Autre problème: la moitié du personnel travaille à temps partiel, quand on a besoin plus que jamais d’employés à temps plein.

Québec offrira donc une prime, pouvant atteindre 1000 $ par mois, à tous ceux qui voudront travailler à temps plein dans les résidences frappées par la COVID-19.

Tableau à l’appui, pour justifier la décision d’autoriser les sexagénaires à travailler, M. Legault a indiqué que le niveau de risque de développer des complications liées au nouveau coronavirus était «plutôt faible» pour les personnes âgées de moins de 70 ans.

Le virus tue les personnes âgées de plus 70 ans, dans 90 % des cas. Dans le groupe d’âge des 60-69 ans, la proportion de décès tombe à 6,5%.

De mercredi à jeudi, le Québec a enregistré 121 décès attribuables à la COVID-19, pour un total de 2631 décès depuis le début de la crise sanitaire.

Par ailleurs, il est toujours illusoire de calculer l’impact de la pandémie sur les finances publiques.

Mais le premier ministre Legault n’a pas caché que le Québec, comme bien d’autres États dans le monde, devra vivre en situation de déficit budgétaire pendant plusieurs années à venir.

«Ça va prendre des années avant de retrouver l’équilibre budgétaire. Évidemment, on va avoir des déficits importants qui vont augmenter notre dette», a-t-il constaté.

Avant la pandémie, le Québec affichait des finances saines, enregistrant des surplus au lieu des déficits.

Jusqu’à tout récemment, la santé était déjà le principal poste budgétaire, accaparant près de la moitié du budget de l’État. Mais le pire est à venir. «Les dépenses en santé vont exploser, c’est certain», a reconnu le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Les commentaires sont fermés.

« Montréal reportée » ; et comment !
Mais une « explication », peut-être, au « mystère » Montréal (ou ‘Mortréal’?)

Cette semaine, un certain directeur aura laissé tomber qu’hors Montréal ce serait le paradis.
Or sait-on qu’au siècle dernier se disait politicoreligieusement que le ciel est bleu, l’enfer est
rouge.
Or (bis), voyez ce qui arrive en ce moment.
On se retrouve avec Covid-19.
On en appelle aux masques.
L’enfer serait à Montréal…
https://www.lapresse.ca/covid-19/202005/08/01-5272834-ces-montrealais-que-lon-craint.php
https://www.journaldequebec.com/2020/05/04/legault-est-mis-au-defi-de-visiter-lenfer-des-chlsd
En 1919, « Masques et Bergamasques », et…
alors qu’il y aurait 19 anges gardiens de l’enfer
LXXIV, 30
constate-t-on qu’y a-t-il très exactement 19 plq
‘rouges’, sur l’Ile, donc !

Assez (‘fort’) pour vous, ça ! ?…

Pourquoi, dites, devrait-il y avoir telle triplitude
de « ‘coïncidences’ » ?

Ce semble invraisemblable. Y a quecqu’chose là
point.

Serait-ce pour ‘ça’ que ce sont des député.e.s plquistes qui vont oeuvrer en CHSLD?