COVID-19: l’administration Trump craint une campagne de désinformation étrangère

WASHINGTON — L’administration Trump estime qu’une campagne de désinformation étrangère est en cours afin de répandre la peur aux États-Unis au plus fort de la pandémie de coronavirus, ont déclaré lundi trois responsables américains.

Dimanche, les responsables fédéraux ont commencé à faire face à ce qu’ils disent être un effort délibéré d’une entité étrangère pour semer la crainte d’une quarantaine nationale. Les agences ont pris des mesures coordonnées dimanche soir, alors qu’elles tentaient de calmer une nation dont la vie quotidienne est déjà déstabilisée par le virus.

Les trois responsables américains n’ont pas nommé l’entité étrangère qu’ils croient responsable. Ils ont parlé sous condition d’anonymat pour discuter de sujets sensibles.

Les responsables du renseignement américain ont averti à plusieurs reprises que la Russie, la Chine, l’Iran et d’autres pays étaient engagés dans des efforts continus pour influencer la politique et les électeurs américains lors des élections.

Il n’était pas clair si l’effort de désinformation était lié aux plaintes des responsables de l’administration ces derniers jours selon lesquelles la Chine diffusait des informations erronées sur les États-Unis.

La semaine dernière, le Pentagone a accusé le gouvernement chinois de promulguer «des théories du complot fausses et absurdes sur l’origine de COVID-19 en blâmant les militaires américains».

Dimanche, le Conseil de sécurité nationale a lancé sur Twitter que «les rumeurs (…) concernant une #quarantaine nationale sont fausses». Le conseil a encouragé les Américains à suivre les directives officielles du gouvernement.

Les États et les municipalités ont interdit les grands rassemblements publics; ils ont fermé les écoles, les bars et les restaurants; et ils ont conseillé aux gens de respecter une distance sociale pour ralentir la propagation du virus.