COVID-19: lavage des mains ardu sur certains chantiers, dénoncent des syndicats

MONTRÉAL — Alors que la Santé publique ne cesse de répéter de se laver les mains pour contrer la propagation du coronavirus, bien des ouvriers de la construction ne peuvent le faire, faute d’eau courante et de savon, déplorent leurs syndicats.

Les deux principales organisations syndicales de la construction, la FTQ-Construction et le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), dénoncent une nouvelle fois la situation, vendredi, eux qui revendiquent de meilleures installations sanitaires pour tous les ouvriers depuis des années.

La réglementation actuelle stipule que les chantiers d’au moins 25 travailleurs doivent être dotés d’installations sanitaires avec eau courante. Mais ce n’est pas le cas pour les chantiers de 24 travailleurs et moins, a déploré en entrevue Éric Boisjoly, directeur général de la FTQ-Construction.

«On a encore présentement sur des chantiers les fameuses toilettes bleues qu’on appelle, nous, dans notre jargon, les « jig ». Et bien avec ça, il n’y aucune possibilité de se laver les mains, pas de lavabo, pas d’eau courante», a décrit M. Boisjoly.

Cette question d’obtenir des toilettes avec chasse d’eau fait partie des revendications des syndicats dans la construction depuis des années. Ils se sont même déjà adressés aux tribunaux quant à cet accès.

«Présentement, ce qu’on entend sur les chantiers, c’est qu’on est en pénurie de papier; on est en pénurie de savon. Les installations pour les salles à manger des travailleurs et des travailleuses dans l’industrie de la construction, c’est la même chose. Il n’y a pas de femme de ménage là-dedans au quotidien! Les tables, souvent ce n’est pas lavé à tous les jours», déplore M. Boisjoly.

Entrepreneurs

De son côté, une des associations d’employeurs, l’Association de la construction du Québec, a tenu à rappeler quelques consignes d’hygiène à ses membres, parmi lesquelles «promouvoir de bonnes pratiques en matière d’hygiène sur le lieu de travail, comme se laver les mains, et s’assurer tout particulièrement de garder l’environnement de travail propre».

Sur cette question, l’ACQ conseille également de mettre à la disposition des travailleurs des produits nettoyants.

La FTQ-Construction représente quelque 77 000 travailleurs dans l’industrie de la construction et le Conseil provincial 43 000.

L’ACQ représente 17 719 entreprises de construction. Elle est la partie patronale pour les secteurs industriel, de même que commercial et institutionnel dans la construction.

 

Les plus populaires