COVID-19: le Congrès adopte un plan de relance historique, une victoire pour Biden

WASHINGTON — Un Congrès divisé entre les deux partis a approuvé mercredi un plan de relance historique de 1900 milliards $ US pour faire face à la pandémie de COVID-19 et à la crise économique, une victoire revendiquée par le président Joe Biden et les démocrates.

La Chambre des représentants a donné l’approbation définitive du Congrès au vaste programme au terme d’un vote serré à 220 contre 211, exactement sept semaines après l’arrivée au pouvoir de M. Biden et quatre jours après que le Sénat eut adopté le projet de loi. 

Les républicains des deux chambres se sont opposés au projet de loi à l’unanimité, le jugeant exagéré, truffé de politiques libérales et insouciant des signes que les crises s’atténuent.

Peu de temps après le vote, M. Biden a écrit sur Twitter que «l’aide est là» et que «des jours plus lumineux sont à venir». Il signera la mesure vendredi.

Le plus remarquable pour de nombreux Américains réside dans les dispositions prévoyant jusqu’à 1400 $ de paiements directs cette année à la plupart des adultes et le prolongement des allocations de chômage d’urgence hebdomadaires de 300 $ jusqu’au début de septembre. Mais le projet de loi va bien au-delà de ces dispositions.

La mesure tient compte des promesses de campagne des démocrates et de l’objectif premier de M. Biden d’atténuer les deux crises qui ont frappé le pays depuis un an. De nombreux Américains ont été relégués à un mode de vie d’ermite dans leurs maisons pour éviter une maladie qui a tué plus de 525 000 personnes — environ la population de Wichita, au Kansas — et qui a plongé l’économie dans ses profondeurs depuis la Grande Dépression.

Pour le président Biden et les démocrates, le projet de loi est essentiellement une toile sur laquelle ils ont peint leurs convictions fondamentales — que les programmes gouvernementaux peuvent être un avantage, pas un fléau, pour des millions de personnes et que les énormes dépenses sur de telles initiatives peuvent être un remède, pas une malédiction. La mesure suit de si près les priorités des démocrates que plusieurs la classent parmi les principales réalisations de leur carrière. Malgré les faibles majorités au Congrès, il n’y a jamais eu de véritable suspense sur le sort du plan.

Les démocrates ont été aidés par trois facteurs: leur contrôle sans entrave de la Maison-Blanche et du Congrès, des sondages montrant un soutien solide à l’approche de M. Biden et le contexte dans lequel la plupart des électeurs se soucient peu du fait que la dette nationale grimpe à des sommets stratosphériques. Ni l’un ni l’autre des partis ne semble très préoccupé par la montée en flèche de l’encre rouge, sauf lorsque l’autre l’utilise pour financer ses priorités, qu’il s’agisse des dépenses des démocrates ou des baisses d’impôts des républicains.

– Par Alan Fram, The Associated Press

Laisser un commentaire