COVID-19: le N.-B. suspend l’accord pour les communautés frontalières du Québec

FREDERICTON — Le Nouveau-Brunswick rendra obligatoire le port du masque dans les lieux publics intérieurs à compter de vendredi alors que la province fait face à une augmentation des cas de COVID-19.

Les autorités ont aussi déclaré jeudi que les excursions d’un jour non essentielles dans la province qui avaient été autorisées pour les résidents de deux communautés frontalières du Québec — Pointe-à-la-Croix et la première nation Listuguj — étaient suspendues.

La province a signalé trois nouvelles infections jeudi, impliquant une personne dans la quarantaine dans la région de Saint-Jean, une personne dans la vingtaine dans la région de Fredericton et une personne dans la trentaine dans la région de Campbellton.

La Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, a indiqué que les nouveaux cas n’étaient pas liés à l’éclosion récente au Manoir Notre-Dame de Moncton, à laquelle sont associés 19 cas de COVID-19.

Elle a affirmé que les cas de Saint-Jean et de Fredericton étaient le résultat de voyages à l’extérieur du Canada atlantique, tout en disant que l’enquête sur le cas dans Campbellton se poursuivait.

En ce qui concerne l’éclosion au foyer de soins spéciaux, Mme Russell a déclaré que trois personnes sont à l’hôpital, dont une en soins intensifs.

Quatre-vingt-dix personnes en plus des résidents et du personnel du manoir ont été jointes grâce à la recherche des contacts, a-t-elle déclaré aux journalistes à Fredericton.

Le premier ministre Blaine Higgs a déclaré aux journalistes que les nouvelles mesures étaient le résultat d’une réunion plus tôt dans la journée du comité du cabinet multipartite sur la COVID-19.

Il a affirmé que l’accord qui permettait aux résidents de la première nation de Listuguj au Québec et de Pointe-à-la-Croix des excursions d’une journée non essentielles dans la province était suspendu.

Les résidents de ces deux régions frontalières peuvent continuer de traverser la province pour des raisons essentielles, a affirmé M. Higgs, ajoutant que des élèves de la maternelle à la 8e année seront toujours autorisés à entrer au Nouveau-Brunswick pour suivre leurs cours.

Les derniers cas portent le nombre d’infections confirmées au Nouveau-Brunswick à 225 depuis le début de la pandémie. Il y a 24 cas actifs et deux décès attribués au nouveau coronavirus.

Laisser un commentaire