COVID-19: Le nombre de lits d’hôpitaux paraît suffisant pour l’instant

QUÉBEC — Le nombre de lits dégagés pour les patients de la COVID-19 en ce début de deuxième vague paraît être suffisant pour répondre aux besoins, au moins pour le mois qui vient, selon l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

Dans une recherche rendue publique mercredi, l’INESSS se fait rassurant, observant que le risque d’être hospitalisé après avoir contracté le virus est trois fois moins élevé en septembre qu’il pouvait l’être au printemps, au plus fort de la vague.

En trois mois, ce risque est passé de 13% à 3,8 %.

La baisse du nombre d’hospitalisations est due au fait que les personnes atteintes sont beaucoup plus jeunes en général et ne présentent pas de comorbidité, contrairement à la situation observée au printemps, quand la maladie frappait dans les Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD).

L’INESSS conclut que la capacité hospitalière ne devrait donc pas être menacée, du moins au cours des quatre prochaines semaines, selon le modèle de prédictions retenu par les chercheurs.

Durant la première vague du printemps, la pandémie a exercé une forte pression sur le réseau hospitalier. Le gouvernement avait délesté quelque 8000 lits pour accueillir les patients ayant contracté le virus, soit bien plus que nécessaire. Ce délestage avait forcé le report de milliers de chirurgies.

Cette fois, le gouvernement a dégagé quelque 2000 lits, prévoyant que la pression serait moins forte sur le réseau.

C’est ce que vient confirmer l’INESS dans une étude menée avec l’Université McGill.

Son but était d’évaluer les besoins en matière de lits d’hôpitaux, en comparant l’évolution de la pandémie au printemps avec la situation observée depuis le début de la deuxième vague de propagation, en septembre.

À court terme, pour l’ensemble du Québec, malgré la hausse quotidienne du nombre de cas d’infections, il n’y a donc pas de rupture de services à appréhender, si les projections de l’institut s’avèrent, a commenté le Dr Luc Boileau, président-directeur général de l’INESSS, lors d’un breffage technique virtuel.

La recherche a été menée par Mike Benigeri, de l’INESSS, le Dr David Buckeridge et Mathieu Maheu-Giroux, de l’Université McGill.

Laisser un commentaire
Les plus populaires