COVID-19: le PM du Nouveau-Brunswick déclare l’état d’urgence sanitaire

HALIFAX — Parce que trop peu de Néo-Brunswickois prennent au sérieux la pandémie de coronavirus et évitent les rassemblements, le premier ministre Blaine Higgs a décrété jeudi l’état d’urgence sanitaire, afin de donner à son gouvernement plus de pouvoirs.

Le premier ministre a donc invoqué la Loi sur les mesures d’urgence de la province pour ordonner la fermeture indéfinie de toutes les écoles publiques, des universités et des collèges. Il a ordonné aux magasins qui vendent des articles non essentiels de fermer immédiatement leurs portes — ils peuvent toujours continuer à vendre en ligne.

Certaines exceptions s’appliquent bien sûr, notamment les épiceries, les pharmacies, les magasins d’alcool et de cannabis exploités par la province, ainsi que les ateliers de mécanique automobile, les stations-service, les bureaux de poste et les quincailleries. Les restaurants ne pourront désormais offrir que des plats à emporter, tandis que tous les bars doivent fermer. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont désormais interdits.

L’économie doit rouler

M. Higgs a par ailleurs soutenu qu’en dépit des restrictions imposées jeudi, l’activité économique devrait se poursuivre autant que possible. Ainsi, les chantiers de construction, les usines et autres industries qui ne sont pas en contact direct avec la population doivent continuer à fonctionner, a-t-il dit.

Le premier ministre rappelle que les citoyens ne devraient quitter la maison que pour faire l’épicerie et aller acheter d’autres biens essentiels; et alors que cette directive était auparavant une «recommandation», il s’agit maintenant d’une «obligation». Le premier ministre affirme que cette mesure sans précédent vise à éviter que la province ne vive la situation désastreuse observée en Italie.

«Il est devenu clair qu’il y a encore trop de gens dans notre province qui ne suivent pas les consignes des responsables de la santé publique — ou qui les ignorent délibérément», a-t-il déclaré aux journalistes jeudi.

M. Higgs a adopté ces mesures même si la province n’a pas enregistré d’augmentation des cas de la COVID-19. Les autorités ont déclaré jeudi que le nombre de cas présumés et confirmés était demeuré inchangé à 11.

14 cas en Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse a de son côté signalé deux nouveaux cas de la COVID-19, portant le total de la province à 14 cas confirmés ou présumés. Les responsables de la santé publique affirment que les deux nouveaux cas ont été identifiés mercredi et qu’ils sont tous les deux liés à des voyages.

On compte donc dans la province cinq cas confirmés et neuf cas présumés. L’âge des 14 personnes va de la trentaine à quelque 70 ans. Les cas se retrouvent un peu partout dans la province. Les responsables de la santé publique précisent que ces patients ont reçu la directive de s’isoler pendant 14 jours à domicile. À ce jour, la Nouvelle-Écosse compte par ailleurs 1373 résultats négatifs à la suite des tests quotidiens.

Dans l’Île-du-Prince-Édouard, les autorités ont annoncé jeudi le deuxième cas dans la province, alors que 89 personnes font l’objet d’une surveillance.

À Terre-Neuve-et-Labrador, la médecin hygiéniste en chef, Janice Fitzgerald, a confirmé jeudi un premier cas positif de la COVID-19 dans cette province, résultat d’un test administré à un patient la semaine dernière. La province compte deux autres cas présumés pour lesquels elle attend une confirmation et surveille 276 personnes qui se sont isolées.

Les plus populaires