COVID-19: le transport en commun suscite la crainte des usagers, selon une étude

OTTAWA — Près de trois anciens usagers sur quatre des transports en commun qui se sentent en sécurité de revenir à leur lieu de travail sont inquiets de reprendre l’autobus, le train ou le métro, révèle une nouvelle étude de Statistique Canada.

L’enquête intitulée «Se rendre au travail durant la COVID-19» indique également que 94 % des anciens utilisateurs des transports en commun qui ne se sentent pas à l’aise de revenir sur leur lieu de travail mentionnent la crainte de ce mode de déplacement.

Sans surprise, le nombre de Canadiens qui ont recours aux transports en commun pour se rendre au travail a chuté depuis le début de la pandémie, passant de 13 % à 3 %, selon les données dévoilées lundi.

Parmi les anciens usagers des transports en commun qui doivent toujours se rendre à leur lieu de travail, environ les trois quarts ont opté pour la voiture et le cinquième pour la marche ou le vélo.

De manière générale, 67 % des travailleurs ont recours à leur voiture pour se rendre au travail contre 75 % avant la crise, note l’agence fédérale.

Statistique Canada estime que la baisse d’utilisation des véhicules personnels et du transport en commun s’explique en partie par le fait que le nombre de Canadiens en télétravail a plus que quintuplé, passant de 4 % à 22 %.

L’enquête a été menée du 15 au 21 juin auprès d’un panel de 4209 Canadiens.

Il y a de quoi!…

Mais il y a plus.

Combien de temps, encore, devra-t-on surseoir au meilleur de la vie, sinon à la vie même ?

S’avère-t-il vraiment nécessaire d’en faire tant, si longtemps, si amplement, si sévèrement ?

* In medio stat virtus ou homo homini lupus ** ?

Si on a pu tant errer, avant et pendant le premier avènement de covidixneuf, e.g. avant en ayant incommensurablement négligé l’aire aînée et pendant en en laissant mourir dans la solitude la plus inhumaine; qu’est-ce qui assure qu’aujourd’hui on n’errerait pas à nouveau en imposant l’inédit mode de vie — (de « »vie »»?!) — que l’on sait ?

Ce n’est pas parce que « les autres » le font qu’automatiquement c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

En balance : vie et vie

« La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie »

Voilà l’adage à l’aune duquel agit-on et régit-on en ce moment.
Où ce serait la durée de vie, quantitative, matérielle, physique, qui prévaudrait.

Mais y a-t-il une autre conception, approche ou perspective de la vie, plus qualitative.
Où l’on préférerait ajouter vie aux années plutôt qu’années seulement à vie physique.

On a privilégié ceci plutôt que cela ces derniers mois. En s’évertuant à p r o l o n g e r
la vie de personnes « »dues »» pour trépasser à court terme « de toute façon », paraît…

Or, le véritable plus grand mal avait déjà été fait, avant, et a continué de l’être, pendant
through cette inouïe négligence chronique d’aîné.e.s puis through, enfin, cette désertion,
ce cruel abandon d’ielles au moment où l’on requiert le plus présence, celui de notre fin.

Pareillement, présentement, croit-on on ne peut mieux faire en conviant ou exigeant de
se tenir à distance, ne plus s’étreindre, ne plus faire la bise, ne plus se donner la main…
Mais est-ce bel et bien la cas?
*L’autre, voire le/la proche même ne sont-ielles pas devenu.e.s tout.e.s des ennemi.e.s?

Daignera-t-on subodorer l’amoncellement de pertes ou maux qu’aura engendrés tel agir?
Daignera-t-on se représenter, anticiper les lourds effets de pareil choix de telles sépara-
tions?
Daignera-t-on, donc, bref, oser comparer – les conséquences de plus de morts physiques
avec celles d’incomparablement plus de morts d’âme, de coeur ou d’esprit ?…

Exemple ?

Si le « visage est le plus beau des spectacles » et « la voix […] l’harmonie la plus douce »
quid de l’étouffement de celle-ci et d’un voilement généralisé durable de celui-là à grande
échelle par masque ou couvre-visage?

En quoi, comment la vie serait-elle ainsi promue, valorisée, privilégiée, si on l’handicape
a priori de la sorte, indéfiniment; au lieu d’éviter de **trop exagérer en pratiques-mesures
préventives de ‘seule’ mort physique – considérée – « prématurée » ?…

!

Répondre
Les plus populaires