COVID-19: Legault lance un appel aux jeunes pour «casser» la 2e vague

QUÉBEC — Le gouvernement Legault braque un projecteur sur les jeunes, appelés à faire une différence pour casser la deuxième vague de pandémie de COVID-19 qui se répand un peu plus chaque jour au Québec.

«Une bonne partie de la solution est entre vos mains», a dit le premier ministre François Legault, mardi, en conférence de presse, en lançant un appel aux jeunes, invités à faire tous les efforts requis pour freiner la propagation du virus, en évitant toute forme de rassemblement au cours du mois d’octobre.

Il a rappelé que presque la moitié des nouveaux cas d’infection visaient des personnes âgées de moins de 30 ans.

S’ils sont en général frappés moins fort par la maladie, les jeunes risquent de contaminer leurs parents et grands-parents, qui eux seront plus à risque. Des vies sont en jeu, a-t-il dit.

Le premier ministre s’est dit conscient d’avoir asséné la veille un «coup de masse» à de nombreux entrepreneurs en décrétant la fermeture, pendant 28 jours à compter de jeudi, des restaurants, bars, salles de spectacles, cinémas et théâtres, dans trois régions ayant basculé en zone rouge: Montréal et ses banlieues, Québec et Chaudière-Appalaches.

Ces trois régions regroupent environ 5 millions de Québécois.

Le gouvernement doit annoncer dans les prochains jours un programme d’aide financière destiné aux entrepreneurs des secteurs visés directement par ces fermetures.

Le premier ministre doit aussi annoncer mercredi quels seront les pouvoirs accordés aux policiers et quelles seront les directives émises pour appliquer certaines mesures sanitaires, soit la nouvelle obligation de porter un masque dans une manifestation et l’interdiction de faire des rassemblements dans une résidence privée.

Par respect des Chartes, on sait déjà que les policiers ne seront pas autorisés à entrer dans les maisons sans avoir d’abord obtenu un mandat donné par un juge, mais ils pourraient éventuellement émettre des constats portatifs d’infraction, sur le modèle des contraventions pour excès de vitesse en voiture, par exemple.

Le premier ministre Legault était accompagné mardi du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Le virus poursuit sa progression au Québec où on a enregistré 799 nouveaux cas de lundi à mardi, sans compter sept décès, pour un grand total de 73 450 cas et 5833 décès depuis le début de la pandémie, en mars.

La «situation reste critique», a dit M. Legault, qui a indiqué que le Québec adopterait finalement l’application de traçage de contacts du gouvernement fédéral.

L’idée, a dit le premier ministre, consiste à s’inscrire sur son téléphone cellulaire si on est atteint de la COVID-19, «puis toutes les personnes qui ont été proches de nous autres, dans les deux dernières semaines, reçoivent une indication qu’elles ont été proches de quelqu’un qui a eu la COVID dans les deux dernières semaines».

Laisser un commentaire