COVID-19: les Américains blâment principalement leur gouvernement pour la crise

WASHINGTON — Les Américains sont plus nombreux à mettre en cause leur gouvernement plutôt que les pays étrangers pour la crise de la COVID-19 aux États-Unis, alors que l’administration Trump ne cesse d’attribuer à la Chine la responsabilité de la pandémie, indique un nouveau sondage.

Le sondage de la Harris School of Public Policy de l’Université de Chicago et de l’Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research a été mené avant que le président Donald Trump ne soit déclaré positif au virus vendredi. M. Trump a minimisé la gravité et l’impact de la pandémie au cours des derniers mois.

Bien que les Américains soient plutôt divisés selon leur appartenance politique quant à la responsabilité de la crise, 56 % d’entre eux estiment que le gouvernement américain a une responsabilité substantielle dans la situation. Ils sont 47 % à penser que les gouvernements d’autres pays sont tout aussi responsables, et 39 % pensent la même chose à propos de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Cela reflète un manque général de confiance dans la façon dont le gouvernement a géré la situation», souligne Austin Wright, de la Harris School of Public Policy.

Plus d’un million de personnes dans le monde, dont plus de 210 000 Américains, ont perdu la vie à cause de la COVID-19 depuis le début de la pandémie. Le président Trump a principalement attribué la propagation du virus à la Chine, où il est apparu, et à une réponse jugée inadéquate de l’OMS.

Certains experts en santé publique ont estimé que la Chine avait une certaine responsabilité, mais ont aussi critiqué sévèrement la réponse de l’administration Trump face au virus.

Le sondage montre que les démocrates sont particulièrement susceptibles de dire que le gouvernement américain est responsable de la situation, tandis que de nombreux républicains sont susceptibles de rejeter la faute ailleurs. Parmi les démocrates, 79 % estiment que le gouvernement américain a une grande responsabilité, tandis que 37 % disent la même chose à propos des gouvernements d’autres pays et 27 % à propos de l’OMS. Parmi les républicains, 38 % jugent que le gouvernement américain est responsable, 60 % blâment aussi les gouvernements d’autres pays et 55 % rejettent la faute sur l’OMS.

Des avis partagés sur le vaccin

Le sondage montre également que la plupart des répondants pensent que les États-Unis devraient jouer un rôle majeur dans la mise au point d’un vaccin contre le coronavirus, mais beaucoup pensent également que d’autres pays devraient jouer un rôle, notamment les pays européens et la Chine.

Si les États-Unis étaient les premiers à mettre au point un vaccin, environ six répondants sur dix croient qu’il devrait d’abord être réservé aux Américains. Ce point de vue est particulièrement courant chez les républicains, environ sept sur dix affirmant qu’un vaccin conçu aux États-Unis devrait d’abord être réservé aux Américains, mais environ la moitié des démocrates sont également d’accord avec cette idée.

Environ la moitié des républicains affirment tout de même qu’ils n’ont pas l’intention de se faire vacciner. Dans l’ensemble, 65 % de ceux qui ont l’intention de se faire vacciner disent qu’un vaccin fabriqué aux États-Unis devrait d’abord être destiné aux Américains, comparativement à 56 % de ceux qui n’ont pas l’intention de recevoir le vaccin.

Pour M. Wright, c’est une découverte surprenante et contradictoire: une proportion étonnamment peu élevée de gens aux États-Unis seraient prêts à recevoir un vaccin, et en même temps, ils s’opposent majoritairement à l’idée de fournir un vaccin à d’autres pays. «Et c’est encore plus marqué parmi les républicains, malgré le fait que davantage de républicains disent qu’ils ne prendront pas le vaccin eux-mêmes.»

Environ huit Américains sur dix — démocrates et républicains — disent que les États-Unis devraient jouer un rôle majeur dans le développement d’un vaccin. Au moins la moitié disent la même chose de l’OMS (57 %), des pays européens (55 %) et de la Chine (51 %).

Soixante-quinze pour cent des démocrates et seulement 39 % des républicains voient un rôle majeur pour l’OMS dans la mise au point d’un vaccin. Soixante-deux pour cent des démocrates et 41 % des républicains souhaitent que la Chine joue un rôle majeur. Le fossé est moins prononcé quant au rôle des pays européens: 64 % des démocrates et 50 % des républicains croient qu’ils devraient jouer un rôle majeur.

Laisser un commentaire