COVID-19: les jeunes devront faire la fête différemment, dit le Dr Njoo

OTTAWA — Les jeunes devront trouver des manières créatives de faire la fête cet été, a affirmé vendredi le sous-administrateur en chef de la santé publique du Canada.

Le Dr Howard Njoo demande à la population de cesser de s’entasser dans des bars et sur des pistes de danse, après qu’un regain de propagation de la COVID-19 eut suivi la réouverture des débits de boisson au Québec.

Il y a «lieu de s’inquiéter», selon le Dr Njoo, car les nouveaux cas recommencent à se multiplier après une période de déclin.

Quelque 350 nouveaux cas ont été signalés tous les jours pendant la dernière semaine à l’échelle du Canada, contre une moyenne d’environ 300 nouveaux cas quotidiens au début du mois de juillet.

Plus de 430 infections ont été enregistrées jeudi seulement.

Cette tendance à la hausse survient au moment même où l’on fait état de plus en plus de personnes ayant contracté le virus dans des fêtes, dans des clubs et dans des bars, a relevé le spécialiste en prévention des maladies infectieuses.

«J’encourage tout le monde, en particulier les jeunes adultes, à trouver des moyens créatifs de maintenir une vie sociale au temps de la COVID-19. Chanter, socialiser et danser en contact étroit avec les autres dans des espaces fermés, dans des endroits bondés, n’est pas un bon moyen de faire la fête cet été.»

Le premier ministre du Québec, François Legault, a pour sa part attribué à des rassemblements privés la récente résurgence de cas de COVID-19 dans la province.

Du côté de l’Ontario, de nouvelles règles sont entrées en vigueur vendredi, permettant aux restaurants d’ouvrir leurs salles à manger. D’autres entreprises comme les bars et les gyms peuvent également à nouveau accueillir des clients. Les cinémas ont aussi été déconfinés, mais la plus grande chaîne au pays, Cineplex, ne compte pas reprendre ses activités immédiatement.

Il appartient aux provinces et territoires de déterminer les modalités de leur déconfinement, a réitéré le Dr Njoo. Et il est du devoir de tout le monde de se comporter de manière responsable pour freiner la pandémie, a-t-il ajouté.

«Il est préoccupant que les données nous montrent qu’une plus grande proportion de nos cas sont désormais parmi ceux que nous désignons comme des jeunes adultes, ceux âgés de moins de 40 ans.»

Le risque de contracter la COVID-19 est le même à tous les âges, mais les jeunes ne souffrent généralement pas des conséquences les plus graves, a reconnu le Dr Njoo.

«Cela étant dit, nous avons entendu quelques anecdotes de jeunes qui ont eu des conséquences graves.»

L’acteur canadien Nick Cordero a notamment succombé à la COVID-19 à l’âge de 41 ans, plus tôt ce mois-ci, après avoir lutté pendant trois mois contre des complications liées au virus à l’hôpital.

La tragique histoire de cet artiste débordant d’énergie a attiré l’attention à travers le monde pendant que sa femme publiait des mises à jour quotidiennes de son état de santé sur les réseaux sociaux, y compris lors de l’amputation de sa jambe droite.

Laisser un commentaire
Les plus populaires