COVID-19: les médecins du Québec pourront faire des consultations par téléphone

MONTRÉAL — Pour la première fois au Québec, les médecins omnipraticiens pourront effectuer des consultations par téléphone ou par télémédecine, afin de moins exposer le personnel médical et les patients au nouveau coronavirus.

Ils pourront le faire dès lundi, a fait savoir la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) à ses membres, en vertu d’une entente prise avec le gouvernement du Québec. 

Les médecins sont même encouragés à tendre vers cette pratique le plus possible, autant en clinique qu’en établissement, notamment pour les soins de longue durée, ajoute la Fédération.

Les suivis réguliers qui ne nécessitent pas obligatoirement un examen physique peuvent donc, pour un certain temps, être effectués sans visite physique.

La FMOQ donne ici en exemple les visites de suivi, la psychothérapie et les suivis de grossesse standards. Il revient au médecin de juger, au cas par cas, si un examen physique est nécessaire ou s’il peut procéder sans que le patient ait besoin d’être vu, est-il indiqué.

Il s’agit d’une première, a indiqué le porte-parole de la FMOQ, Jean-Pierre Dion.

«C’est temporaire», en des temps exceptionnels, a-t-il précisé, ajoutant qu’il «n’y a pas de limite de temps» pour cette nouvelle façon de faire.

Le gouvernement est aussi en train de mettre en place une plateforme pour que les médecins puissent faire des consultations par télémédecine.

Le système n’est toutefois pas encore opérationnel, a indiqué M. Dion, et la date de mise en service n’est pas connue.

C’est pourquoi dans l’intervalle, pour «avoir un impact rapide», dit-il, la FMOQ a misé sur le téléphone.

Les dentistes

Les cabinets de dentistes ne devront traiter que les urgences à partir de lundi, et cela, pour une période de deux semaines.

Tous les autres rendez-vous pour des traitements dentaires et soins buccodentaires préventifs, c’est-à-dire non urgents, devront être reportés à une date ultérieure.

Ces nouvelles directives ont été diffusées dimanche par l’Ordre des dentistes du Québec (ODQ) et l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec (OHDQ), qui demandent ainsi à leurs membres d’adapter leur pratique, dans la foulée des recommandations formulées par le gouvernement du Québec au cours des derniers jours.

Pour ce qui est des patients ayant besoin de traitements urgents qui résultent d’une infection, d’une douleur aiguë ou d’un traumatisme, ils sont invités à communiquer par téléphone avec leur dentiste afin que ce dernier puisse évaluer le niveau d’urgence réel et, le cas échéant, établir le meilleur endroit ainsi que la meilleure façon pour fournir les soins en toute sécurité.

Ces directives seront réévaluées périodiquement à la lumière de l’évolution de la situation, ont fait savoir les deux ordres professionnels par communiqué.

L’Ordre des chiropraticiens du Québec encourage aussi fortement ses membres à remettre tous les rendez-vous non urgents ou non essentiels.