COVID-19: les restrictions varient énormément d’une province à l’autre

Certaines régions du pays assouplissent leurs restrictions liées à la pandémie tandis que d’autres les resserrent en fonction de leur perception de l’aplatissement ou du pic de la courbe de COVID-19.

Québec a annoncé que le couvre-feu imposé de 22 h à 5 h sera levé lundi, parce que des experts de la province estiment que la dernière vague de la pandémie, alimentée par le variant Omicron hautement transmissible, a atteint son pic.

Et le Nunavut affirme que les mesures strictes qu’il a mises en place juste avant Noël ont été si efficaces qu’il annule les restrictions de voyage à compter de lundi, permettant aux entreprises de rouvrir et aux écoles de reprendre l’apprentissage en personne le 24 janvier.

C’est une autre histoire au Nouveau-Brunswick où de nouvelles restrictions entrent en vigueur vendredi, limitant les résidants à une bulle d’un seul ménage tout en fermant les centres de conditionnement physique, les lieux de divertissement et les salles à manger des restaurants.

À l’Île-du-Prince-Édouard voisine, où la médecin hygiéniste en chef, la Dre Heather Morrison, affirme que le «pire de cette vague» est encore à venir, les restrictions actuelles, qui incluent des limites de capacité pour les entreprises et l’apprentissage à distance pour les élèves, seront prolongées.

Dans tout le pays, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 et les hospitalisations qui y sont associées restent à des niveaux records ou près de ceux-ci.

L’Ontario a enregistré jeudi une augmentation de 182 hospitalisations pour atteindre un sommet sans précédent de 3630. Environ 6000 nouveaux cas ont été signalés en Alberta et le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a annoncé qu’il avait été déclaré positif à la COVID-19.

Le gouvernement fédéral a également annoncé jeudi soir qu’une obligation de vaccination pour les camionneurs entrant au Canada en provenance des États-Unis commencerait samedi comme prévu, malgré une déclaration antérieure de l’Agence des services frontaliers du Canada selon laquelle les camionneurs canadiens seraient exemptés.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.