COVID-19: l’Ontario resserre les restrictions pour les bars et les restaurants

TORONTO — Les bars et restaurants de l’Ontario fermeront plus tôt et tous les clubs de danseuses nues devront suspendre leurs activités, a annoncé vendredi le premier ministre Doug Ford, affirmant que ces nouvelles mesures étaient nécessaires pour lutter contre la récente hausse des cas de COVID-19.

M. Ford a expliqué que ces restrictions contribueraient à réduire la transmission dans les entreprises à haut risque.

Les bars et restaurants devront désormais fermer à minuit, sauf pour les plats à emporter et les livraisons, et devront cesser de servir de l’alcool à 23 h.

«Nous avons vu doubler le nombre de cas en très peu de temps et c’est très, très inquiétant», a dit M. Ford. «Il y a eu des éclosions et (…) nous ne pouvons tout simplement pas prendre ce risque.»

Certains maires de la région du Grand Toronto réclamaient des mesures similaires depuis des semaines et le premier ministre avait initialement résisté à leurs demandes, affirmant que les municipalités qui le souhaitaient avaient le pouvoir d’imposer des restrictions aux entreprises en vertu de la réglementation en matière de santé publique.

Vendredi, cependant, il a déclaré qu’un changement était devenu nécessaire. «Nous ne pouvons tout simplement pas laisser ces lieux ouverts jusqu’à trois heures du matin. Mais nous sommes très équilibrés, je crois.»

Les nouvelles mesures font suite à la décision de la province la semaine dernière de resserrer les règles sur les rassemblements sociaux: le nombre maximal de personnes autorisées dans les événements extérieurs est maintenant de 25, et de 10 dans les rassemblements intérieurs.

Le premier ministre Ford a également annoncé vendredi que la province dépenserait 741 millions de dollars supplémentaires pour rattraper le retard dans les opérations chirurgicales depuis le début de la pandémie.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a indiqué que les fonds permettraient également au système de santé de renforcer ses capacités pour faire face à une hausse des cas de COVID-19.

«Nous travaillons directement avec nos partenaires de la santé pour nous assurer que notre (…) système est prêt à relever les défis auxquels nous serons confrontés avec les futures vagues de COVID-19», a-t-elle dit.

Les tests dans les pharmacies

Certaines pharmacies de l’Ontario ont par ailleurs commencé vendredi à offrir des tests de dépistage de la COVID-19, la province tentant d’alléger le fardeau des centres d’évaluation bondés.

Les tests sur rendez-vous, cependant, ne peuvent être demandés que par certaines personnes asymptomatiques — et on remarque déjà de la confusion quant à savoir qui se qualifie pour ces tests et comment procéder pour les recevoir.

Une femme alertée d’une possible exposition grâce à l’application COVID Alert a fait la file pour passer un test avant l’ouverture d’un Shoppers Drug Mart à 8 h, au centre-ville de Toronto, avant d’apprendre qu’elle n’était pas admissible.

Laura Smith a raconté qu’elle n’avait pas réalisé que les tests en pharmacie se donnaient uniquement sur rendez-vous et a dit avoir eu du mal à trouver des informations après avoir reçu l’alerte, jeudi soir.

«Je n’ai pas trouvé où prendre rendez-vous, alors je suis venue», a expliqué Mme Smith, ajoutant que c’était la première fois qu’elle essayait de se faire tester. «Maintenant, je sais», a-t-elle indiqué avec un haussement d’épaules. Elle prévoit maintenant se rendre dans un centre d’évaluation et y faire la file.

Les tests en pharmacie — disponibles dans quelque 60 emplacements en Ontario — sont offerts à certaines personnes asymptomatiques, comme celles qui ont des proches dans des foyers de soins de longue durée, qui ont eu des contacts étroits avec une personne infectée ou qui sont des travailleurs à risque élevé.

John Papastergiou, propriétaire d’une autre pharmacie Shoppers Drug Mart à Toronto, a déclaré que son équipe était préparée pour les problèmes logistiques et a souligné que les pharmacies avaient dû agir rapidement pour s’adapter à la pandémie.

«Nous essayons d’utiliser un modèle de rendez-vous pour ne pas avoir de gens qui se rassemblent à la pharmacie, c’est très important, a indiqué M. Papastergiou. Nous insistons sur le fait que c’est pour les patients asymptomatiques qui doivent être prédépistés, vous ne pouvez pas simplement passer.»

Le lancement du dépistage en pharmacie arrive un jour après que le gouvernement provincial eut modifié ses lignes directrices concernant les personnes pouvant passer un test dans la province.

Le premier ministre Doug Ford avait précédemment déclaré que quiconque souhaitait un test pouvait en obtenir un dans un centre d’évaluation, mais a annoncé jeudi que les personnes sans symptôme devraient rester à l’écart des lieux de dépistage, à quelques exceptions près.

L’Ontario a signalé 409 nouveaux cas de COVID-19 vendredi et un nouveau décès lié au virus. Selon la ministre de la Santé, 204 des nouveaux cas ont été signalés à Toronto, 66 dans la région de Peel et 40 à Ottawa.

Le gouvernement a également rapporté 29 nouveaux cas liés aux écoles, dont au moins 10 parmi les élèves. Ceux-ci portent le nombre d’écoles ayant signalé un cas à 198 sur les 4828 écoles publiques de la province.

Laisser un commentaire
Les plus populaires