COVID-19: Montréal pourrait bientôt faire l’objet de mesures plus strictes

QUÉBEC — Principal foyer d’éclosion de la COVID-19 au Québec, la ville de Montréal pourrait faire bientôt l’objet de nouvelles mesures strictes de prévention, qui ne s’appliqueront pas ailleurs.

Jeudi, en conférence de presse, accompagné du premier ministre François Legault, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, n’a pas donné de précisions sur ses intentions, mais il n’a pas exclu ce scénario, disant examiner toutes les avenues en termes de consignes additionnelles à imposer à la population montréalaise, en vue d’éviter la propagation du virus dans la métropole.

À ce jour, Montréal abrite environ la moitié des cas de contamination parmi tous ceux recensés au Québec, soit 782 sur un total de 1629.

Avec le directeur de la santé publique de Montréal, le Dr Richard Massé, le Dr Arruda dit prévoir déposer un plan d’action destiné à Montréal, dans les prochains jours. 

La Chine a réussi à freiner la propagation du virus mortel en bouclant complètement les régions du pays les plus affectées.

Le Québec n’ira pas aussi loin, mais on examine diverses mesures possibles, comme de resserrer le recours au transport en commun.

«Il est possible que nous recommandions au premier ministre demain, après-demain, des choses qui seraient adaptables, faisables et pertinentes», a dit M. Arruda, lorsqu’il a été questionné à ce propos.

S’il faut ajouter des mesures pour éviter une explosion du nombre de cas d’infection à Montréal, «on le fera», a-t-il promis.

Il a rappelé que la directive gouvernementale sur l’interdiction de voyager d’une région à l’autre du Québec, émise la semaine dernière, procédait de la même stratégie destinée à ne pas répandre le virus.

Dans ce contexte, plus que n’importe où ailleurs au Québec, l’application stricte des consignes gouvernementales, au premier chef la distanciation sociale, devient «encore plus importante» à Montréal, a-t-il ajouté.

Pénurie de masques?

Avec l’augmentation quotidienne du nombre de cas confirmés au Québec, la question de la protection du personnel hospitalier revient sans cesse hanter les autorités.

Le premier ministre Legault a reconnu jeudi que les réserves de masques destinées au personnel soignant pourraient se tarir avant longtemps, car «à certains endroits, l’utilisation a comme explosé», sans fondement.

«On va être serré dans les masques», a-t-il admis, donnant raison aux employés du réseau de la santé qui disent craindre une pénurie d’équipement médical, en cas d’une hausse importante du nombre de personnes hospitalisées prochainement.

Parmi toutes les personnes frappées par la COVID-19 au Québec, 46 proviennent du milieu de la santé.

À court terme, en attendant la livraison de commandes attendues, il recommande au personnel du réseau de s’assurer de faire «une utilisation judicieuse» de ces masques, comme ce que font présentement tous les pays.

«Il y a des inquiétudes partout» à ce sujet, a constaté le premier ministre, en s’engageant à éliminer «quelque compromis que ce soit» sur les précautions prises pour protéger le personnel de la santé.

À ceux qui s’inquiètent du nombre de tests de dépistage du virus effectués à ce jour, M. Legault réplique que le Québec est un des endroits au monde où il s’en fait le plus, toutes proportions gardées. Jusqu’à maintenant, 36 000 tests de dépistage ont été faits depuis le début de la crise sanitaire.

Bénévoles recherchés

Le premier ministre François Legault a par ailleurs lancé un appel aux citoyens en bonne santé de moins de 70 ans, en leur demandant de s’impliquer bénévolement auprès des organismes venant en aide à ceux qui sont dans le besoin, notamment la trentaine de banques alimentaires.

«Il n’est pas question qu’il y ait quelqu’un au Québec qui n’ait pas quelque chose à manger», a commenté M. Legault, en annonçant la création d’un nouveau portail internet qui viendra jumeler les organismes en manque de bras aux gens qui ont du temps à offrir.

Ces bénévoles devront cependant s’assurer de respecter scrupuleusement la consigne de garder une bonne distance de toute autre personne.

«Il ne faut pas que ça devienne des rassemblements», a prévenu le premier ministre, qui s’engage à hausser le financement versé aux banques alimentaires.

Ceux qui ont perdu leur emploi et se retrouvent dans le pétrin financier, en raison de la crise, ne doivent pas hésiter à se rendre dans ces banques alimentaires, a-t-il dit.

«Il n’y a pas de gêne, a dit le premier ministre. Ce n’est pas votre faute si vous avez perdu votre emploi.»

À ceux qui pourraient craindre que la crise encourage le gouvernement à faire intrusion dans la vie privée des gens, M. Legault a dit qu’il n’était pas question d’utiliser les données de géolocalisation pour surveiller les allées et venues de chacun, en vue de s’assurer de l’application des mesures de confinement.

Québec étudie par ailleurs avec le gouvernement fédéral la possibilité d’offrir aux entreprises de reporter les versements de TPS et TVQ, pour leur permettre de souffler un peu.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire