COVID-19: Québec demeure optimiste malgré la hausse des cas, mais la prudence de mise

MONTRÉAL — Si la hausse constante des hospitalisations et des cas liés à la COVID-19 préoccupe les autorités sanitaires, la santé publique et le ministre de la Santé, Christian Dubé, demeurent optimistes quant à la huitième vague qui se pointe à l’horizon. 

Pas question à ce moment-ci de recommander des restrictions sanitaires, mais ils encouragent fortement les citoyens à mettre à jour leur vaccination. 

Depuis quelques semaines, le nombre d’hospitalisations de cas augmente progressivement au Québec. La barre des 2000 hospitalisations a même été franchie mercredi.

Ce sont des données inquiétantes, certes, mais la situation n’exige pas de réinstaurer des mesures sanitaires, a affirmé M. Dubé lors d’un point de presse, à Montréal.  

«En comparaison avec les vagues précédentes, on a la chance d’avoir la vaccination. On a tous les moyens de passer à travers. C’est une responsabilité personnelle que les gens ont», a-t-il dit. 

Le directeur national de la santé publique, le docteur Luc Boileau, avance qu’il faudrait de «gros, gros changements du virus» pour envisager de nouvelles restrictions. 

«D’être plus dangereux, d’être plus mortel, et là, à ce moment-là, il faudra considérer des choses (…), mais les circonstances pour l’instant ne nous permettent pas du tout d’envisager (des mesures). Ce n’est pas dans notre perspective», a-t-il précisé. 

Selon lui, la situation est relativement maîtrisée en ce moment, bien que la situation ailleurs dans le monde, comme en Europe, demeure préoccupante et à surveiller. Des rappels sur la vaccination et le port du masque sont ainsi nécessaires alors que les gens passeront davantage de temps à l’intérieur, a-t-il soutenu.

Vaccination

Le ministre Dubé se montre optimiste par rapport au rythme de vaccination actuel. Le nombre de personnes allant chercher une dose s’élève en moyenne par semaine à 100 000. Les centres de vaccinations ont la capacité d’accueillir jusqu’à 300 000 personnes hebdomadairement, a-t-il mentionné. 

À l’approche de l’Halloween et des Fêtes, M. Dubé a incité les Québécois à aller chercher une dose de rappel du vaccin et à porter le masque lorsque nécessaire afin de limiter la contagion. 

«Quand vous avez des symptômes, je pense qu’il ne faut pas être gêné de porter le masque, même quand vous allez à l’épicerie», a déclaré l’élu caquiste. 

Il a rappelé une fois de plus que la situation dans les hôpitaux était fragile, surtout avec l’influenza qui se mettra de la partie bientôt.

Dans l’ensemble de la population, seulement 22 % des citoyens ont reçu une dose de rappel il y a moins de cinq mois, mais ce pourcentage augmente à 39 % chez les 60 à 79 ans et 52 % chez les 80 ans et plus.

M. Dubé a invité les personnes âgées de 60 ans et plus à aller chercher leur vaccin contre l’influenza en même temps que d’obtenir une dose de rappel contre la COVID-19. 

Interrogé sur une révision à la baisse des règles d’isolement de cinq jours obligatoires, le ministre Dubé a dit avoir demandé à la Santé publique de se pencher sur cette possibilité. Le Dr Boileau a indiqué que la réflexion est en cours avec plusieurs scénarios à l’étude. 

«On envisage certainement des dispositions pour faire en sorte que les gens soient le plus prudents possible et que nous évitions de rendre d’autres personnes plus malades», a-t-il déclaré. 

L’Ontario a décidé il y a quelques semaines d’abandonner les cinq jours d’isolement, mais les gens doivent rester à la maison jusqu’à ce que leur fièvre disparaisse et que leurs symptômes se soient améliorés pendant au moins 24 heures. 

Ils doivent également porter un masque «dans n’importe quel cadre» pendant 10 jours complets.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.