COVID-19: Québec resserre les contrôles dans les résidences pour aînés

QUÉBEC — Déjà restreint, l’espace de liberté laissé aux personnes âgées vivant en résidence ne cesse de diminuer, leur vie étant plus que jamais menacée par la pandémie de coronavirus.

Québec a annoncé mercredi un resserrement des consignes destinées tant aux pensionnaires qu’aux employés des résidences pour aînés, afin d’y freiner la propagation du virus de la COVID-19.

Les résidences pour personnes âgées sont devenues le principal foyer d’éclosion du virus et le gouvernement Legault se voit contraint d’imposer des restrictions encore plus sévères à ces établissements, où les allées et venues devront désormais être réduites au strict minimum.

La COVID-19 a choisi les résidences d’aînés comme lieu de prédilection, où le virus fait des ravages depuis des semaines, alors que près du quart des résidences (519 sur 2200) sont désormais infectées, à divers degrés, au premier chef les centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD), mais aussi les résidences privées.

De toutes les personnes décédées après avoir attrapé le virus, la très grande majorité (88 %) étaient des personnes âgées de plus 70 ans, le plus souvent vivant en résidence pour aînés, plus susceptibles que les jeunes d’attraper le virus et d’en mourir.

Désormais, les entrées et les sorties seront mieux contrôlées. Les visites demeurent interdites. Les employés de ces établissements qui le souhaitent pourront aller séjourner à l’hôtel, aux frais de l’État, pour réduire le risque d’infecter un aîné.

Les préposés aux bénéficiaires devraient avoir droit incessamment à des augmentations de salaire, qu’ils travaillent en CHSLD ou en résidence privée, a promis le premier ministre François Legault.

«C’est une question de vie ou de mort» de respecter toutes ces consignes, a commenté le premier ministre durant sa conférence de presse quotidienne sur le sujet, se montrant inquiet de la situation.

«C’est notre plus grand défi actuellement. C’est clair», a renchéri la ministre de la Santé, Danielle McCann, qui est en train de réorganiser le travail effectué dans ces résidences, de manière à réduire au minimum le nombre d’employés qui y circulent et qui sont en contact avec les aînés.

Tests de dépistage: «c’est serré»

Par ailleurs, Québec craint désormais de manquer de produits servant à effectuer les tests de dépistage du virus, qui devront être davantage ciblés à compter de maintenant. «C’est serré», a admis le premier ministre Legault.

La priorité sera donc donnée au personnel et aux pensionnaires des résidences pour aînés et au personnel hospitalier.

«C’est très important qu’ils soient testés plus rapidement» parce qu’ils sont plus à risque, a fait valoir la ministre McCann. 

Mardi, le premier ministre avait semé la consternation dans le milieu hospitalier en affirmant qu’il ne restait plus de réserves de masques de protection que pour «trois à sept jours». Mercredi, il a dit qu’une commande avait été livrée et que les réserves étaient désormais suffisantes pour «une semaine» environ.

En passant, il a salué les entreprises québécoises qui ont modifié leur production pour fournir le matériel médical requis.

Sur le plan des déplacements entre régions, l’étau se resserre davantage, alors que le nombre de régions frappées de confinement passe de 8 à 12, englobant l’Outaouais, notamment. Des policiers s’assureront de limiter les déplacements inter-régionaux.

Malgré l’importante augmentation quotidienne de cas recensés dans la métropole, il n’est toujours pas question de fermer l’île de Montréal et sa banlieue, pour l’instant du moins, a réaffirmé le premier ministre, qui «n’exclut pas» ce scénario, cependant.

Québec encourage par ailleurs les policiers à sévir contre les délinquants qui ne respectent pas la consigne interdisant les rassemblements dans les parcs, et à leur donner des contraventions s’ils n’obtempèrent pas.

Le Québec comptait mercredi midi 4611 cas de personnes contaminées, une hausse de 449 cas en 24 heures. Au total, 307 malades ont dû être hospitalisés.

Le virus a causé la mort de 33 personnes au Québec, à ce jour.

Il faudra s’armer de patience car la crise sanitaire en cours est loin d’être terminée. M. Legault a évoqué la fin du mois de juillet pour voir enfin la fameuse courbe de propagation s’aplatir complètement.

Il s’est engagé à présenter prochainement un tableau du scénario «le plus probable» de l’évolution de la pandémie au Québec, avec une indication du moment où la courbe devrait atteindre un sommet, quelque part en avril, probablement.

Les plus populaires