COVID-19: Un plan de réouverture des écoles sera annoncé la semaine prochaine

QUÉBEC — Par petits groupes, des enfants vont bientôt pouvoir reprendre le chemin de l’école. Et certaines entreprises pourront recommencer à fonctionner avant longtemps.

Un plan de redémarrage progressif du réseau scolaire et de l’économie sera annoncé la semaine prochaine, a indiqué mercredi le premier ministre François Legault, en conférence de presse, se montrant pressé d’annoncer enfin «des bonnes nouvelles».

La pandémie a fait des ravages dans la grande région de Montréal, surtout dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), mais ailleurs au Québec la situation paraît suffisamment stable pour enclencher le processus de déconfinement, a-t-il observé.

Cela se fera graduellement, sur une base régionale, «là où la situation est très stable» en termes de nombre de cas confirmés, par exemple dans le Bas-Saint-Laurent.

Le libre choix sera laissé aux parents d’envoyer ou non leurs enfants à l’école pour terminer l’année scolaire en cours.

Des tests de dépistage pour les enseignants pourront être rendus disponibles, ont laissé entendre les autorités.

Le processus graduel de déconfinement, tant scolaire qu’économique, pourrait s’étirer sur plusieurs mois, de mai à septembre, a calculé le premier ministre.

Les consignes de distanciation seront maintenues, même en période de déconfinement.

De plus, Québec corrige le tir et prévoit désormais recommander aux citoyens de porter un masque, dans les situations où la distanciation requise de deux mètres n’est pas possible, qu’on pense aux transports en commun. L’annonce officielle sera faite dans les prochains jours.  

Les amateurs de festivals, de spectacles et d’événements sportifs devront s’armer de patience. Les grands rassemblements sportifs et culturels pourraient bien être bannis encore longtemps, au moins jusqu’en 2021. «C’est pas impossible», a convenu M. Legault. 

Le processus de déconfinement, «on va faire ça de façon très prudente», a insisté le premier ministre, qui cherche à éviter le ressac d’une deuxième vague.

Le virus de la COVID-19 pourrait être encore parmi nous en 2021, même en 2022, a commenté le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda. D’où la nécessité de faire preuve de prudence.

CHSLD: 1000 soldats en renfort

Pendant ce temps, la situation dans les CHSLD demeure critique, et la pénurie de préposés aux bénéficiaires est toujours aussi criante.

On calcule qu’il manque 1000 personnes dans le réseau des centres d’hébergement pour aînés pour répondre aux besoins de base de ces grands malades.

Le plan du premier ministre, qui prévoyait mardi avoir réussi à recruter le nombre de professionnels de la santé nécessaire, n’a finalement pas fonctionné.

Il s’est donc résolu, mercredi, à faire appel aux Forces armées canadiennes, invitées à dépêcher au Québec 1000 soldats n’ayant aucune formation en santé. Ils offriront au moins «des paires de bras additionnelles», en étant affectés au plus tôt à des tâches non médicales.

Déjà, 65 membres des Forces ayant une formation en santé sont sur place, et 65 autres pourraient s’ajouter.

M. Legault a reconnu que la solution de se tourner vers l’armée n’était vraiment pas idéale, blâmant à mots à peine couverts les médecins spécialistes pour leur manque d’enthousiasme à venir donner un coup de main dans les CHSLD.

Il n’a pas caché sa déception, reconnaissant par ailleurs que le gouvernement était «mal équipé» depuis le début pour gérer la crise dans les CHSLD, devenue hors de contrôle.

Depuis quelques jours déjà, M. Legault disait vouloir trouver 2000 personnes pour aller travailler en CHSLD et mardi il avait annoncé en avoir trouvé la moitié. À plusieurs reprises, il a insisté pour que les médecins spécialistes fassent leur part, en offrant leurs services pendant deux semaines à temps plein.

Mercredi, il a dit que «2300 médecins spécialistes étaient prêts à venir travailler dans les CHSLD», mais qu’au bout du compte seulement 350 d’entre eux s’étaient pointés.

Depuis une semaine, un véritable dialogue de sourds s’est installé entre le premier ministre et la Fédération des médecins spécialistes, qui soutient de son côté que ses membres affichent leur disponibilité, mais que leur démarche demeure sans suite.

«Les médecins spécialistes qui sont disponibles devraient venir dans les CHSLD», a insisté une fois de plus le premier ministre, mercredi, durant sa conférence de presse quotidienne sur la lutte menée au virus.

Le Québec comptait mercredi midi 20 965 cas confirmés, en hausse de 839 cas, tandis qu’on déplore un total de 1134 décès, une hausse de 93 en 24 heures.

Avec 123 décès par million d’habitants, le Québec affiche un score très élevé, si on le compare à l’Ontario ou à d’autres pays.

Mais MM. Legault et Arruda ont insisté pour dire qu’il fallait s’abstenir de comparer le Québec à d’autres États, parce que la méthode de calcul n’était pas la même partout. Celle en usage au Québec ratisse très large, ont-ils dit, en substance, ce qui n’est pas le cas ailleurs.