COVID-19: un projet-pilote de tests salivaires de dépistage dans des écoles de Laval

MONTRÉAL — Des élèves de Laval ont désormais accès aux tests salivaires de dépistage de la COVID-19 directement dans leurs écoles.

L’idée est de faciliter la vie des familles et de freiner la propagation du virus.

Le projet-pilote est actuellement déployé par le CISSS de Laval et le Centre de services scolaire (CSS) de Laval.

Il vise tout d’abord deux écoles primaires et une école secondaire de la région, mais si tout se passe bien, il est prévu que l’ensemble des écoles lavalloises pourront bénéficier de ces tests au cours des prochaines semaines.

Déjà, quelques classes de l’école Mont-de-La Salle ont effectué le test. Car dès qu’un cas d’infection au coronavirus est confirmé pour un élève, la santé publique recommande l’isolement pour sa bulle-classe. C’est à ce moment que les trousses sont remises aux parents lorsqu’ils viennent chercher l’enfant. Cette trousse est accompagnée d’un aide-mémoire et d’une lettre explicative. 

Les enseignants peuvent aussi utiliser les tests salivaires si une recommandation de dépistage est donnée à un membre du personnel.

Ces tests salivaires comportent plusieurs avantages: ils sont moins intrusifs et plus confortables que les tests traditionnels puisqu’ils nécessitent seulement le prélèvement d’un échantillon de salive, et non l’insertion d’une longue tige dans la gorge et dans la cavité nasale. 

Les élèves peuvent ramener le test à la maison et l’effectuer chez eux. Ils n’ont ensuite qu’à le retourner dans un centre de dépistage sans délai ni prise de rendez-vous.

«C’est donc un accès rapide pour un dépistage qui offre le même niveau de qualité et de validité que le prélèvement habituel par le nez», a indiqué dans un communiqué le directeur de santé publique du CISSS de Laval, le Dr Jean-Pierre Trépanier.

À l’aube des fêtes, l’initiative tombe à point pour le directeur général du Centre de services scolaire de Laval, Yves Michel Volcy: «Nous espérons que cette mesure permettra d’accroître le dépistage en milieu scolaire et de limiter la propagation du virus dans nos établissements, mais aussi dans la communauté.»

Selon le CISSS de Laval, cette technique salivaire est aussi fort pertinente parce qu’elle ne mobilise pas de personnel qualifié du réseau de la santé.

De plus, le dépistage avec la salive ne dépend pas de l’approvisionnement en écouvillons.

Par contre, même où les tests salivaires sont disponibles, certaines situations demanderont toujours l’utilisation d’un test par écouvillon, entre autres pour les jeunes enfants ou les personnes qui produisent peu de salive, prévient le CISSS.

La région de Laval a été la première à offrir le test de dépistage salivaire pour la COVID-19 à l’ensemble de sa population depuis le 9 novembre dernier, et même depuis septembre dans certains milieux.

Laisser un commentaire