COVID-19: Une amende de 15 100 $ pour un comptoir de vente de tabac à Kahnawake

QUÉBEC — Le comité d’action contre la COVID-19 de Kahnawake n’entend pas à rire avec les récalcitrants qui contreviennent aux consignes sanitaires. Un comptoir de vente de tabac de la route 132 qui continuait de servir des clients en provenance de l’extérieur de la communauté l’a appris durement en recevant une lourde contravention.

Dans une vidéo publiée jeudi sur la page Facebook «Kahnawake 911», qui sert de lieu de diffusion des informations du comité d’action, le constable Kyle Zachary du corps policier des Peacekeepers rapporte l’incident en question.

À la suite de dénonciations du public, les policiers se sont rendus à la boutique et ont pu prendre sur le fait le commis en train de vendre des produits du tabac à des clients en provenance de l’extérieur de la communauté. Comme le prévoit le règlement de la communauté dans le cadre des mesures d’urgence sanitaire, l’entreprise fautive a reçu un constat d’infraction s’élevant à 15 100 $. De plus, le commis en poste ayant effectué la transaction s’est vu remettre une amende de 1541 $.

Kyle Zachary rappelle que les règles doivent être prises au sérieux sans quoi les récalcitrants seront punis.

«Je veux être clair: si les entreprises continuent de contrevenir aux règles, il y aura des amendes. Et si elles s’entêtent, il y a aura des accusations auxquelles elles devront répondre», a déclaré le policier à l’attention d’autres entrepreneurs qui ont laissé entendre qu’ils pourraient aussi reprendre leurs activités.

Selon l’article 31 des mesures d’urgence de Kahnawake, cité par M. Zachary, toute personne qui contrevient aux règles ou encourage quelqu’un à le faire est passible d’une amende maximale de 1000 $ pour un individu et de 10 000 $ pour une entreprise. Une somme à laquelle s’ajoutent de nombreux frais calculés en pourcentage du montant de la contravention.

Kahnawake a interdit la vente de produits du tabac à la clientèle hors de la communauté pour tout le mois de janvier. L’objectif est de limiter la circulation de visiteurs sans raison valable sur le territoire de la communauté. Les autorités craignent la contagion en provenance des villes voisines où le virus circule abondamment.

«Personne ne veut avoir à imposer de telles restrictions, mais elles sont là pour une raison et il s’agit de protéger nos citoyens les plus vulnérables, a plaidé le policier. On essaie de garder le virus loin de nos aînés et de nos citoyens immunosupprimés.»

Il a également profité de cette tribune pour lancer un appel à la solidarité au sein de la communauté.

«Ne pensez pas qu’à vous-même. Si votre seul intérêt actuellement est de continuer à faire de l’argent et à faire rouler votre entreprise, je vous plains, parce qu’on a tous eu des moments difficiles. Tout le monde en souffre, mais plus on est solidaire et plus on respecte les consignes, plus vite on va s’en sortir», a-t-il déclaré dans la vidéo où apparaissent plusieurs autres membres du comité d’action, dont les deux coresponsables Lloyd Phillips et Lisa Westaway.

Par ailleurs, le commissaire à la sécurité publique, Lloyd Phillips, a rappelé que les policiers ne font que leur travail lorsqu’ils imposent des contraventions. Ils le font dans le but de maintenir la sécurité au sein de la communauté. 

Selon M. Phillips, la situation s’améliore à Kahnawake, mais pas suffisamment encore pour permettre d’assouplir les consignes en place. Une nouvelle analyse de la situation doit avoir lieu la semaine prochaine lors d’une autre réunion du comité d’action.

Laisser un commentaire