COVID-19 : une étude sur la résilience collective en Estrie

SHERBROOKE, , Qc — L’Observatoire estrien du développement des communautés (OEDC) et l’Institut universitaire de première ligne en santé et service sociaux (IUPLSSS) du CIUSS de l’Estrie-CHUS ont lancé, le 22 juin, une étude d’envergure consacrée aux meilleures pratiques de résilience collective face à la COVID-19.

Geneviève Roberge, agente de communications et d’administration à l’OEDC, souligne que cette démarche permettra de dresser la liste des apprentissages dans les sept territoires de MRC de l’Estrie, en se basant sur des données probantes, et afin d’être mieux outillés pour l’avenir.

«Une tournée de nos membres nous a permis de comprendre qu’il y avait un réel besoin d’apprendre de cette crise, d’être mieux préparés à l’avenir, et de prendre connaissance de ce qui a marché et moins bien marché», mentionne Mme Roberge.

Au total, ce projet pourrait rejoindre entre 110 et 250 personnes provenant de plusieurs secteurs d’activités tels que des élus, des gestionnaires municipaux ou paramunicipaux, des chefs de services municipaux, des cadres, des intervenants et des travailleurs sociaux.

Des initiatives exportables

Les informations nécessaires à cette étude seront recueillies entre le début juillet et la fin novembre..

Bien que les orientations aient été largement définies par les gouvernements fédéral et provincial depuis le début de la crise, Geneviève Roberge croit que c’est davantage à l’échelle locale que les décisions devraient davantage se prendre. Selon elle, les impacts de la crise sanitaire se font davantage sentir localement.

«Cette crise nous rappelle la vulnérabilité de plusieurs secteurs et nous trouvons essentiels d’offrir un soutien solide en matière de résilience des communautés », dit Mme Roberge.

Les initiatives qui en découleront seront par la suite diffusées, dans le de servir de source d’inspiration pour les organisations et les habitants de l’Estrie. Ces informations pourront également être exportées vers d’autres régions du Québec.

«De par notre mission, nous servons de carrefour d’information et de vulgarisation sur les données que nous allons chercher afin de les rendre encore plus accessibles», ajoute Geneviève Roberge.

Texte de l’Initiative de journalisme local

Les plus populaires