COVID-19: une injonction est demandée contre trois églises en Colombie-Britannique

VANCOUVER — Le juge en chef de la Cour suprême de la Colombie-Britannique affirme que le procureur général place la cour dans une «position impossible» en demandant une injonction ordonnant à trois églises de suspendre les services en personne jusqu’à ce que leur contestation des ordres de santé publique soit entendue.

Le juge en chef Christopher Hinkson a déclaré que les ordres de santé publique interdisaient déjà de tels rassemblements et qu’il était du pouvoir de la médecin hygiéniste en chef, la Dre Bonnie Henry, et du gouvernement, d’intensifier l’application sans ordonnance du tribunal.

Le magistrat se dit préoccupé par la réputation de l’administration de la justice s’il accorde une ordonnance et puis que le ministère public décide plus tard qu’il n’est pas dans l’intérêt public de la faire appliquer.

Le juge a noté que c’est ce qui s’est produit dans une affaire récente où le tribunal a accordé une injonction à l’Administration portuaire de Vancouver contre des manifestants.

La demande de la médecin hygiéniste en chef et du procureur général intervient après que les églises ont déposé une pétition contestant les restrictions sur les services religieux en personne liées à la COVID-19, arguant que l’interdiction viole les droits et libertés des personnes.

La chapelle Riverside Calvary à Langley, l’Église réformée Immanuel Covenant à Abbotsford et l’Église réformée libre de Chilliwack faisaient partie des plus d’une douzaine de personnes ou d’églises qui ont déposé la pétition le mois dernier, la contestation devant être entendue en mars.

«Il existe d’autres remèdes», a dit le juge Hinkson.

«Je ne devrais pas faire le travail de la Dre Henry. Si elle veut que la police ait la capacité d’arrêter des gens, l’ordre peut être modifié, n’est-ce pas?»

Laisser un commentaire