COVID-19: une pétition pour le remboursement des frais de psychothérapie

MONTRÉAL — L’Association des psychothérapeutes du Québec souhaite que les frais en psychothérapie soient remboursés pour les personnes qui en ont besoin pendant et après la crise.

Une pétition circulant en ce sens avait obtenu environ 1300 signatures en début d’après-midi, mercredi.

La présidente de l’association, Nadine Gharios, a également envoyé une lettre pour expliquer la situation aux premiers ministres Justin Trudeau et François Legault, de même qu’aux ministres de la Santé Patty Hajdu et Danielle McCann.

Mme Gharios souligne que l’APQ est en première ligne pour les services offerts aux personnes vulnérables de la société.

«La crise actuelle entraîne des problèmes de santé mentale ainsi que des traumas qui fragilisent les gens et conséquemment, leurs familles et leurs proches. Je crois que cette situation mérite, à mon sens, un examen attentif pour offrir aux gens un soutien porteur de résilience pour la suite des choses», écrit-elle.

«L’aspect « économique » de la crise est important, mais la santé mentale des personnes affectées l’est d’autant plus.»

Selon elle, plusieurs personnes comme des chômeurs, des aînés en confinement ou des jeunes en détresse ont besoin de services professionnels de psychothérapie qui leur donnent l’espoir de s’en sortir.

«Qu’arrivera-t-il pendant et après la crise, avec tous ceux qui auront perdu leur emploi ou encore qui ne peuvent poursuivre leur thérapie faute de moyens financiers?», demande-t-elle.

Comme solution, l’APQ propose la mise sur pied d’un Programme d’aide en santé mentale afin d’atténuer les conséquences de cette période extrêmement difficile en tenant compte du fait que plusieurs séances sont nécessaires.

Elle croit également qu’il faudrait rembourser directement les psychothérapeutes qui reçoivent des clients souffrant des conséquences de la crise.

Les plus populaires