COVID: la colère populaire gronde en Chine

PÉKIN, Chine — À peine un mois après s’être octroyé de nouveaux pouvoirs en tant que leader potentiel de la Chine à vie, Xi Jinping fait face à une vague de colère publique d’un genre jamais vu depuis des décennies, déclenchée par sa stratégie «zéro COVID» qui entrera bientôt dans sa quatrième année.

Les manifestants sont descendus ce week-end dans les rues de villes comme Shanghai et Pékin, critiquant la politique, affrontant la police ― et réclamant même le départ de M. Xi. Lundi, des manifestants se sont rassemblés dans la ville semi-autonome de Hong Kong, où le mouvement pro-démocratie a été pratiquement étouffé par une répression sévère après des manifestations de plusieurs mois qui ont commencé en 2019.

Les étudiants de l’Université chinoise de Hong Kong ont scandé «Opposez-vous à la dictature» et «Liberté ! Liberté!».

Les manifestations généralisées sont sans précédent depuis que l’armée a écrasé le mouvement pro-démocratie dirigé par des étudiants de 1989, sur la place Tiananmen à Pékin.

La plupart des manifestants ont concentré leur colère sur les restrictions qui peuvent confiner les familles chez elles pendant des mois et ont été critiquées comme n’étant ni scientifiques ni efficaces. Certains se sont plaints que le système ne répondait pas à leurs besoins.

Les appels à la démission de M. Xi et à la fin du Parti communiste qui dirige la Chine depuis 73 ans pourraient être qualifiés de sédition, une offense passible de prison.

En réponse, la police de Shanghai a utilisé du gaz poivré pour chasser les manifestants, et des dizaines de personnes ont été arrêtées lors de ratissages et emmenées dans des fourgons et des bus de police. Le vaste appareil de sécurité intérieure de la Chine est également réputé pour identifier les personnes qu’il considère comme des fauteurs de troubles et les épingler plus tard, loin des regards indiscrets.

La possibilité de nouvelles manifestations n’est pas claire. Les censeurs du gouvernement ont nettoyé Internet des vidéos et des messages les soutenant. Et les analystes disent qu’à moins que des divisions n’émergent, le Parti communiste devrait être en mesure de contenir la dissidence.

Les mesures strictes de la Chine ont été initialement acceptées pour minimiser les décès au moment où d’autres pays subissaient des vagues dévastatrices d’infections, mais ce consensus a commencé à s’effriter ces dernières semaines.

Alors que le parti au pouvoir affirme que les mesures anti-coronavirus doivent être «ciblées et précises» et perturber le moins possible la vie des gens, les responsables locaux sont menacés de perdre leur emploi ou d’autres sanctions en cas d’épidémie. Ils ont réagi en imposant des quarantaines et d’autres restriction qui, selon les manifestants, dépassent ce que le gouvernement central autorise.

Le gouvernement non élu de M. Xi ne semble pas trop préoccupé. Ce printemps, des millions d’habitants de Shanghai ont été placés sous un confinement strict qui a entraîné des pénuries alimentaires, un accès restreint aux soins médicaux et des difficultés économiques. Néanmoins, en octobre, le secrétaire du parti de la ville, un loyaliste de M. Xi, a été nommé au poste de n°2 du Parti communiste.

Le parti impose depuis longtemps une surveillance et des restrictions de voyage aux minorités, notamment aux Tibétains et aux groupes musulmans tels que les Ouïghours, dont plus d’un million ont été détenus dans des camps où ils sont contraints de renoncer à leur culture et à leur religion traditionnelles et de jurer fidélité à M. Xi.

Mais les manifestations de ce week-end ont mobilisé de nombreux membres de la classe moyenne urbaine éduquée de la majorité ethnique Han. Le parti au pouvoir compte sur ce groupe pour respecter un accord post-Tiananmen tacite d’accepter un régime autocratique en échange d’une meilleure qualité de vie.

Maintenant, il semble que l’ancien arrangement ait pris fin alors que le parti applique le contrôle au détriment de l’économie, a déclaré Hung Ho-fung de l’Université Johns Hopkins.

«Le parti et le peuple essaient d’atteindre un nouvel équilibre, a-t-il analysé. Il y aura une certaine instabilité dans le processus.»

Pour évoluer vers quelque chose ressemblant aux manifestations de 1989, il faudrait des divisions claires au sein de la direction du pays qui pourraient être mises à profit pour le changement, a dit M. Hung.

M. Xi a pratiquement éliminé ces menaces lors d’un congrès du parti en octobre. Il a rompu avec la tradition et s’est octroyé un troisième mandat de cinq ans à la tête du parti et a rempli de loyalistes le Comité permanent du Politburo composé de sept membres. Deux rivaux potentiels ont été envoyés à la retraite.

«Sans le signal clair de divisions des chefs de parti (…), je m’attendrais à ce que ce type de protestation ne dure pas très longtemps», a estimé M. Hung.

Il est «inimaginable» que M. Xi recule, et le parti est expérimenté dans la gestion des manifestations, a ajouté M. Hung.

La Chine est désormais le seul grand pays qui tente encore d’arrêter la transmission du virus qui a été détecté pour la première fois dans la ville centrale de Wuhan fin 2019.

Le chef normalement favorable de l’Organisation mondiale de la santé a qualifié la stratégie «zéro COVID» d’insoutenable. Pékin a rejeté ses remarques comme irresponsables, mais l’acceptation publique des restrictions s’est émoussée.

Les personnes mises en quarantaine chez elles dans certaines régions disent manquer de nourriture et de médicaments. Et le parti au pouvoir a fait face à la colère après la mort de deux enfants, dont les parents ont déclaré que les contrôles antivirus ont entravé les efforts pour obtenir des soins médicaux d’urgence.

Des manifestations ont ensuite éclaté après qu’un incendie ait tué jeudi au moins dix personnes dans un immeuble d’appartements de la ville d’Urumqi, dans le nord-ouest, où certains habitants sont enfermés chez eux depuis quatre mois. Cela a provoqué une vague de questions en ligne pour savoir si les pompiers ou les personnes essayant de s’échapper avaient été bloqués par des portes verrouillées ou d’autres restrictions pandémiques.

«Zéro COVID» était «censé démontrer la supériorité du ‘modèle chinois’, mais a fini par démontrer le risque que lorsque des régimes autoritaires commettent des erreurs, ces erreurs peuvent être colossales», a indiqué Andrew Nathan, un spécialiste de la politique chinoise à l’Université de Columbia. Il a édité The Tiananmen Papers, un compte rendu de la réponse du gouvernement aux manifestations de 1989.

«Mais je pense que le régime s’est reculé dans ses retranchements et n’a aucun moyen de céder. Il a beaucoup de force, et si nécessaire, il l’utilisera, a prévenu M. Nathan. S’il a pu conserver le pouvoir face aux manifestations pro-démocratie de 1989, il peut le faire à nouveau maintenant.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.