COVID: la perte de l’odorat était la plus fréquente dans des cas légers

MONTRÉAL — Les patients souffrant de symptômes légers de la COVID-19 étaient aussi les plus susceptibles de rapporter une perte de leur odorat, ont constaté des chercheurs français.

Lors d’une étude de quelque 2600 patients provenant de 18 hôpitaux européens, 86 % des sujets présentant des symptômes légers de la maladie ont indiqué avoir perdu l’odorat, contre 4,5 % des patients ayant des symptômes modérés et 7 % des patients ayant des symptômes sévères ou critiques.

Au total, 74 % des sujets ont rapporté avoir perdu l’odorat. Plus de 80 % d’entre eux ont affirmé l’avoir perdu complètement.

Le docteur Jérôme R. Lechien, de l’université Paris Saclay, et ses collègues ont également procédé à une évaluation clinique de la perte de l’odorat rapportée par les patients. Celle-ci a été confirmée chez 54,7 % des infections légères et 36,6 % des infections modérées ou graves.

Après 60 jours et six mois, 15,3 % et 4,7 % de ces patients, respectivement, n’avaient toujours pas retrouvé leur odorat.

Les femmes représentaient près de 63 % des sujets étudiés. La proportion de femmes était aussi plus élevée dans le groupe rapportant des symptômes légers.

Les sujets ayant souffert d’une forme plus grave de la maladie étaient plus âgés; ils étaient aussi plus susceptibles d’avoir d’autres problèmes de santé.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le Journal of Internal Medicine.

Laisser un commentaire